Javascript is disable - http://www.supportduweb.com/ - Générateur de ribbons(Bandeaux) web 2.0

  accueil siteaccueil siteaccueil siteaccueil siteminiaccueil siteCD bestof Claude Barzotti "Top 40 This Ultimate Collection" (6 juillet 2018) Belgique accueil site  

 CLAUDE BARZOTTI   23 juillet 1953   -   24 juin 2023   

Sud info mardi 27 juin 2023 LA PAROLIÈRE DE BARZOTTI  

Le 27/06/2023 0

Dans Articles de presse

ACTUALITÉ 27 juin 2023

NICOLAS DEWAELHEYNS

La capitale 27 juin 2023 p1 miniLa capitale 27 juin 2023 p24 miniAm gaspard

Deces 7

Barzotti et Anne-Marie Gaspard: 40 ans de complicité!PhN./FB

« Claude pouvait dire ce qu’il n’aimait pas dans mon texte et je le modifiais »  

 

Derrière la plupart des chansons de Claude Barzotti se cache une femme qui préfère l’ombre à la lumière :   Anne-Marie Gaspard. Rencontre... 

Avec « Le Rital », cette ancienne journaliste liégeoise est entrée dans la vie du chanteur pour ne plus jamais en sortir. Claude, lui, composait les musiques. Anne-Marie Gaspard, que nous avons retrouvée à Waremme, a écrit pratiquement l’ensemble des textes des chansons de Claude Barzotti pendant un peu plus de 40 ans. Elle lève un coin du voile sur les secrets de leur duo.

Comment vous êtes-vous rencontrés ?

Je l’ai entendu par hasard à la radio avec une chanson. On devait être en 1980. J’étais intriguée par sa voix. J’ai noté son nom et j’ai appelé Edmond Blatchen (ancien journaliste de la RTBF, NdlR), qui est un ami et qui, à l’époque, présentait une émission de variétés. Edmond nous a mis en contact. J’ai pris rendez-vous avec Claude. Et il m’a répondu : « Ah mais moi je ne chante plus ! Ça fait dix ans que j’essaie. J’ai raccroché ma guitare. Ça n’a jamais marché et ça ne marchera jamais. » Ça m’a pris des mois pour le convaincre qu’on allait faire des chansons ensemble et qu’il devait rechanter. « Proposez-moi des choses ! », m’a-t-il dit. Je suis allée le voir plusieurs fois chez Vogue, puis après je suis allée le voir chez lui. C’était plus simple parce qu’il avait son piano !

Vous écrivez le texte du « Le Rital », Claude compose la musique…

Quand il était enfant, il avait eu des problèmes comme tous les petits Italiens. Il est né à Châtelineau mais il a cet accent italien… Parce que, petit, il est retourné vivre en Italie. Et il s’est reconnu dans mon texte. Quand les frères Célie (producteurs français, NdlR) lui ont proposé d’enregistrer un album avec la nouvelle version de « Madame », on avait déjà écrit plein de chansons. Toutes les chansons du premier album (« Le Rital », sorti en 1983, NdlR) était déjà prêtes. Aucune n’avait été enregistrée mais on continuait à se voir et à faire des chansons. Ensemble, on a écrit une chanson pour Dalida, une autre pour Ginette Reno…

Depuis « Le Rital », vous avez écrit la plupart de ses chansons. Comment ça se passait ?

Professionnellement, c’était un duo qui marchait très bien. Je connaissais bien Claude. On parlait beaucoup. Je lui proposais des idées, j’écrivais un texte. Il pouvait dire ce qu’il n’aimait pas dans mon texte et je le modifiais. Et lui composait la musique.

Il demandait parfois à modifier votre texte ?

Oui, je pense que le chanteur doit être à l’aise dans son texte. S’il y a un mot qu’il n’a pas envie de dire, ce n’est pas un problème (…) Claude a toujours été assez autoritaire, même déjà avant ses problèmes avec l’alcool.

« L’alcool m’a conduit en enfer », disait Claude…

Quand je l’ai rencontré, il ne buvait que du Coca et du café. Et au restaurant, un verre de vin. Je l’ai rarement vu boire du whisky, je l’ai surtout vu boire du vin blanc.

Vous avez travaillé avec Claude jusqu’à son dernier album, « Un homme »…

Il m’appelait parfois 10 fois par jour. On a beaucoup parlé ! Il se sentait seul et abandonné. Avec ce qu’il me racontait, j’ai écrit les chansons de ce dernier album.