Javascript is disable - http://www.supportduweb.com/ - Générateur de ribbons(Bandeaux) web 2.0

  accueil site  accueil siteaccueil site  accueil site accueil  CD bestof Claude Barzotti "Top 40 This Ultimate Collection" (6 juillet 2018) Belgique accueil site  

ICI Paris N° 3953 du 7 au 13 avril 2021 "Claude Barzotti 1983 LE RITAL""

Ici paris 3953 du 7 au 13 avril 2021 p1mini Ici paris 3953 du 7 au 13 avril 2021 p51mini

Cette page a déjà été publiée en  avril 2017 dans le ICI Paris Hors Série en page 64  Iciparis hs1 

Les stars des années 80 "LE RITAL"

8.jpg

« Je suis rital, et je le reste,Et dans le verbe et dans le geste,

Vos saisons sont devenues miennes,

Mais ma musique est italienne,

Je suis rital dans mes colères,

Dans mes douceurs et mes prières,

J’ai la mémoire de mon espèce... »

Claude Barzotti, le latin lover par excellence

Claude BARZOTTI

Le Rital

ClaudeBARZOTTI est né en Belgique et pourtant le titre de son tube est devenu son surnom !

Claude Barzotti a tout de même passé sa petite enfance en Italie, sur la côte Adriatique, avant de revenir s’installer dans le plat pays. Avec son frère Alessandro, il suit des cours de musique au conservatoire près de chez lui parce qu’ils sont gratuits. La famille est modeste mais les parents veulent ce qu’il y a de mieux pour leurs garçons.

Quand les professeurs évoquent des cours particuliers payants pour exploiter le fort potentiel des deux frères, les rêves ont désormais une limite. Impossible de payer toutes ces leçons... Alors Alessandro se sacrifice : il annonce qu’il n’envisage pas de faire une carrière de chanteur et demande à ses parents de choisir Claude.

En réalité, Alessandro caresse aussi ce rêve et il a même une plus jolie voix mais il sait à quel point son petit frère serait déçu... Ce sera donc Claude le grand espoir de la famille. Ses parents se saignent aux quatre veines pour qu’il suive le meilleur des enseignements, sa mère retourne travailler à l’usine.

Toute sa vie, Claude sera reconnaissant de ses sacrifices et ne cessera de remercier aussi son frère bien sûr. Quand Madame, son premier single, se vend en 1981 à 400 000 exemplaires, c’est la récompense de toutes ces années d’efforts. Et puis évidemment deux ans plus tard, Le Rital et sa voix rauque inondent les ondes et se classent numéro un. Claude en vendra 1 300 000 exemplaires.

Quand il passe à L’Olympia en avril 1983, qu’il voit enfin son nom briller sur la façade du music-hall, c’est la récompense de tant de sacrifices. Je ne t’écrirai plus achève de le cataloguer dans ce que l’on appelle les chanteurs de charme.

S’en suit une traversée du désert qui connaît une lueur en 1990 avec Aime-moi. Ce ne sera que bien des années plus tard que son public adoré connaîtra en partie les raisons de son absence : Claude Barzotti livre un douloureux combat contre l’alcoolisme.

En 2012, le chanteur a révélé avoir suivi quinze cures de désintoxication pour se débarrasser de ce fléau. Pour ses deux filles et sa petite-fille, il a décidé de gagner la bataille et de vaincre son ennemi depuis presque quarante ans ! Une addiction qui a eu des conséquences sur sa carrière et sa famille mais s’il y a bien une chose indéfectible en dépit des épreuves, c’est l’amour absolu de ses fans qui l’ont toujours soutenu.

« Je suis rital, et je le reste, Et dans le verbe et dans le geste, Vos saisons sont devenues miennes, Mais ma musique est italienne, Je suis rital dans mes colères, Dans mes douceurs et mes prières, J’ai la mémoire de mon espèce... »

 

Ajouter un commentaire