Javascript is disable - http://www.supportduweb.com/ - Générateur de ribbons(Bandeaux) web 2.0

  accueil siteaccueil siteaccueil siteaccueil siteminiaccueil siteCD bestof Claude Barzotti "Top 40 This Ultimate Collection" (6 juillet 2018) Belgique accueil site  

 CLAUDE BARZOTTI   23 juillet 1953   -   24 juin 2023   

BONHEUR et AMOUR en ce 1er MAI 2014

Le 20/02/2016 0

Dans Ma vie mon univers

Mai 2014

Que toutes les clochettes tintent sous le souffle de la vie leur chanson du bonheur et que ce refrain vous apporte tout l'amour dont chacun a besoin, n'hésitez pas à le partager...

muguet

ci-dessous un texte écrit par Pierre Julien

1er Mai


Poème écrit par un homme pour son épouse,
pendant sa captivité, il y a plus de 60 ans.

Depuis plus de quatre ans que je suis prisonnier.

Mes jours heureux, sont, quand je reçois du courrier.

Les lettres sont pourtant presque toujours les mêmes.

Je suis en bonne santé, te souhaitant de même.

Puis invariablement pour terminer, toujours.

Je conserve l'espoir de ton prochain retour.

 ************

Mais, dans un coin d'une lettre que j'ai reçue.

Un petit brin de muguet y était cousu.

Vraiment, c'est enfantin d'envoyer ce muguet.

Je pourrais en avoir, ici, tout un bouquet.

Qui ne serait pas fané comme celui-ci !

Dans les bois allemands, le muguet pousse aussi.

********************* 

Et, comme pendant un moment, je restais là.

Soudain, le petit brin de muguet me parla.

« Excuse » me dit-il, « si j'ai triste figure,

Pourtant, si tu savais, j'étais beau je t'assure.

Tu as l'air d'en douter, tu ne veux pas me croire ?

Je vais, pour te convaincre, conter mon histoire »

 **************

D'abord, j'ai vu le jour là-bas, très loin d'ici.

C'est sur le sol français qu'un matin j'ai fleuri.

A l'ombre des grands bois, au milieu d'autres fleurs.

J'ai vécu, sans savoir que c'était le bonheur

Je buvais, le matin, la rosée bienfaisante.

Je puisais dans le sol, nourriture abondantes.

Je voyais, le ciel bleu, la lune ou les nuages.

Je voyais, le soleil à travers le feuillage.

C'est lui qui me chauffait de ses rayons ardents.

Ainsi, rapidement, j'ai pu devenir grand

 ***************

Comme il faisait bon, comme tout était beau.

Nous avions chaque jour, le concert des oiseaux.

Tu as dû, toi aussi, l'écouter, autrefois.

N'est-ce pas, qu'il faisait bon vivre dans ces bois ?

J'aurais dû ne jamais rien désirer de plus.

Pourtant je subissais l'attrait de l'inconnu.

Je pensais que peut-être, je serais cueilli.

Comme porte-bonheur, et j'en étais ravi

**************** 

Une dame, en passant, devina mon désir.

S'approchant doucement, elle vint me cueillir.

Me prenant dans sa main, avec d'autres muguets.

Nous formions à nous tous, un superbe bouquet.

Qu'auprès de son visage elle approchait souvent !

Humant notre parfum tout en nous contemplant

 *****************

Chez elle dans un vase à demi rempli d'eau.

Pour conserver longtemps ce muguet frais et beau.

Nous avons parfumé ce qui nous entourait.

Dans cet appartement coquet, je me plaisais.

Mais quand, le lendemain, parmi les