Javascript is disable - http://www.supportduweb.com/ - Générateur de ribbons(Bandeaux) web 2.0

  accueil site  accueil site accueil site  accueil site accueil  CD bestof Claude Barzotti "Top 40 This Ultimate Collection" (6 juillet 2018) Belgique accueil site  

STAR WARS

Dans STAR WARS

Star Wars Bad Batch saison 2 en fin d'année 2022 (Bande annonce)

Le 02/06/2022

Une nouvelle ère commence. Découvrez la bande-annonce de la saison 2 de Star Wars : The Bad Batch,

en streaming cet automne 2022 sur Disney+.

Rendez-vous sur http://DisneyPlus.com

The Bad Batch revient sur les écrans ! Lors de la Star Wars Celebration, Disney a diffusé la toute première bande-annonce pour la saison 2.

Au menu, des clones rebelles, de la bagarre et des moments épiques.

On prend les mêmes et on recommence. On retrouve toute l’équipe dirigée par Hunter dans de nouvelles aventures. Comme d’habitude, nous suivrons nos héros à travers différentes missions aux quatre coins de la galaxie.

THE BAD BATCH EXPLORE UNE FACETTE INCONNUE DE L’UNIVERS STAR WARS

 

The Bad Batch a d’abord été pensée comme une série spin-off de The Clone Wars, mais elle a dès le début pris ses distances en racontant sa propre histoire. Nous y suivons l’unité Clone Force 99, un escadron qui choisit de déserter après l’avènement de l’Empire. La série permet ainsi d’explorer une facette inconnue de l’univers Star Wars, à savoir la vie des clones après la fin de la guerre. Et elle n’est pas facile !

Serie sw disney

Et aussi la nouvelle série la première Bande Annonce d'Andor , à partir du 31 aout pour 12 épisodes et 11 semaines de diffusions

ANDOR Bande Annonce VF (2022) Diego Luna, Stellan Skarsgard, Star Wars Série © 2022 - Disney+

Cassian Andor (Diego Luna) est un espion rebelle qui lutte contre l’Empire. Le personnage est apparu dans le film Rogue One et la série nous racontera sa vie avant. Deux saisons de 12 épisodes sont prévus. La première se déroulera cinq ans avant le film tandis que la deuxième couvrira les quatre années suivantes. Disney a d'ores et déjà promis que la dernière scène du dernier épisode fera le lien avec le long-métrage de Gareth Edwards.

 

Ahsoka aura le droit à sa propre série prochainement.

Asoka

Ahsoka : personnage introduit dans The Clone Wars, la padawan d’Anakin est vite devenue la chouchoute des fans, à tel point qu’elle est revenue dans Rebels. Elle est apparue pour la première fois en live-action dans la saison 2 de The Mandalorian sous les traits de Rosario Dawson.  On espère qu’elle continuera l’histoire laissée en suspens à la fin de Rebels.

 

Dans STAR WARS

Star Wars et les séries télévisées Disney+

Le 20/05/2022

Presse VANITY FAIRVanity fair presse starwars

ARTICLE DE COUVERTURE

NUMÉRO DE JUIN 2022

Star Wars : La rébellion sera télévisée

Un aperçu exclusif du plan directeur

pour Obi-Wan Kenobi avec Ewan McGregor

et Hayden Christensen, Andor avec

Diego Luna, Ahsoka avec Rosario Dawson,

et une flotte de nouveaux spectacles.

PAR ANTHONY BREZNICAN

PHOTOGRAPHIE D’ANNIE LEIBOVITZ

17 MAI 2022

 

 

Costumiers, Suttirat Larlarb, Shawna Trpcic, Michael Wilkinson; maquillage et coiffure, Cool Benson, Ashleigh Childers, Alexei Dmitriew, Amber Hamilton, Crystal Jones, Morgan Marinoff, Davy Newkirk, Julio Parodi, Ana Gabriela Quiñonez, Maria Sandoval, Cristina Waltz. Pour V.F. : set design, Mary Howard; productrice créative, Kathryn MacLeod. Photographié exclusivement pour V.F. par Annie Leibovitz à Manhattan Beach, Californie.

Diego Luna ne pouvait pas faire confiance au conducteur. Il ne pensait pas pouvoir faire confiance à quiconque. Et n’avait-il pas lu quelque chose à propos d’une épidémie d’écouteurs qui pirataient les téléphones ? « C’était juste ma paranoïa », dit l’acteur maintenant. « Pas connecté à la réalité. » Pourtant, il appuya son téléphone si fermement à son oreille qu’il lui fit chaud au visage, comme une voix à des milliers de kilomètres lui raconta des secrets d’une autre galaxie. La voiture était coincée dans la circulation sur le niveau supérieur d’une autoroute à deux étages à Mexico. « Je parlais en langage codé parce que j’essayais de ne pas trop en dire dans la voiture », dit Luna. Les mots qu’il évitait le plus étaient Star et Wars.

Luna avait joué le redoutable espion rebelle Cassian Andor dans le film Rogue One de 2016. A l’autre bout du fil, il y avait Tony Gilroy, qui avait tapé dans le script du film pour les reshoots. Gilroy, qui a notamment écrit les quatre premiers thrillers de Bourne, écrit et réalise Michael Clayton, développait une série qui explorerait l’histoire d’Andor, révélant ce qui l’a entraîné dans la rébellion galactique et comment il est passé d’un soi-même. . .servir un nihiliste en martyr désintéressé. L’appel de Luna avec Gilroy — la première fois qu’il a entendu le plan complet pour l’histoire d’Andor — a eu lieu il y a plus de trois ans. « Une chose dont je me souviens, étant donné que je fais partie de cette équipe depuis le premier jour, c’est à quel point on ne peut pas partager ce qui se passe », dit l’acteur. « J’ai des enfants, mec. C’est douloureux pour eux et pour moi. »

Dark Vader : Dans le nouveau spectacle Obi-Wan Kenobi, le seigneur du côté obscur chasse son ancien mentor, mettant en place leur confrontation fatidique dans Star Wars de 1977. Reva l’inquisiteur : Moses Ingram costars comme exterminateur redoutable de Jedi, brandissant un sabre laser à double lame. Obi-Wan Kenobi sera présenté en première le 27 mai. Obi-Wan Kenobi : Dans la nouvelle série éponyme, Ewan McGregor reprend son rôle de jeune(er) version du vieux sage d’Alec Guinness, aujourd’hui en exil dans le désert.PHOTOGRAPHIES EXCLUSIVES D’ANNIE LEIBOVITZ

Mon Mothma : A Andor, le sénateur galactique de Geneviève O’Reilly mène secrètement un soulèvement contre l’Empire. Cassian Andor : Diego Luna est un homme qui ne croit en rien, mais qui finit par tout risquer pour aider la Rébellion. Andorre en première à la fin de l’été 2022. Din Djarin : Le chasseur de primes de Pedro Pascal, alias le Mandalorien, a une telle dévotion orthodoxe à sa culture qu’il n’enlève son casque que dans des circonstances difficiles. La troisième saison du Mandalorian revient fin 2022 ou début 2023. Ahsoka Tano : La guerrière extraterrestre de Rosario Dawson est profondément attachée à la Force, mais certains fans l’appellent un Jedi « gris », parce qu’elle ne s’engage pas à des absolus comme ses frères. La première d’Ahsoka est prévue en 2023.PHOTOGRAPHIES EXCLUSIVES D’ANNIE LEIBOVITZ

George Lucas lui-même avait tenté, et abandonné, une série live-action Star Wars appelée Underworld avant de vendre Lucasfilm à la Walt Disney Company en 2012. Des scénarios ont été écrits et des séquences d’essai ont été tournées, mais le niveau de qualité qu’il recherchait s’est avéré trop coûteux pour un budget de télévision. Puis, en 2017, Lucasfilm a été chargé d’essayer à nouveau, cette fois de faire non pas une série, mais toute une flotte pour soutenir les ambitions de sa société mère de streaming. Disney+ aurait besoin de la puissance de feu de nombreux spectacles Star Wars pour rivaliser avec des titans rivaux comme Netflix et Amazon.

Le Mandalorien, nous le savons maintenant, est devenu un phénomène mondial, qui n’a fait qu’élever les attentes. Cet hiver, The Book of Boba Fett (Le livre de Boba Fett) a livré une histoire de rédemption près de quatre décennies après la disparition apparente du personnage-titre dans le Retour des Jedi. Maintenant, avec 130 millions d’abonnés en attente, Disney a augmenté ses demandes à trois spectacles Star Wars distincts en un an. Pour cette histoire, Lucasfilm a levé le secret entourant son univers TV et comment il s’est formé, comme les univers le font, sous une pression immense.

Tout d’abord, le retour d’Ewan McGregor dans son rôle de maître Jedi fatigué en exil. Obi-Wan Kenobi fait ses débuts le 27 mai, suivant le personnage 10 ans après son passage dans le monde désertique de Tatooine, où il est le lointain gardien du jeune Luke Skywalker il est chassé par un « Inquisitor » (coté obscur) nommé Reva (joué par Moses Ingram de The Queen’s Gambit).

La saga d’espionnage de Luna, Andor, est sur les écrans à la fin de l’été. La troisième saison du Mandalorian, réunissant le tireur casqué de Pedro Pascal avec son petit quartier vert (vous savez qui), tombe fin 2022 ou début 2023. L’année prochaine, Rosario Dawson dirigera la série Ahsoka, jouant la version live-action d’une maniaque de Force préférée des fans, vue dans la série d’animation elle a été une apprentie de Anakin Skywalker. Un peu plus loin se trouve The Acolyte, dont le conte se déroule environ un siècle avant l’ère des Skywalkers.

C’est une période faste pour être obsédé par Star Wars, c’est le moins qu’on puisse dire. M. McGregor, qui a lutté pour rejoindre la galaxie à la fin des années 90 et qui s’est remis à se demander s’il devait revenir, affirme que le concept a saturé sa vie. « Ma partenaire, Mary, fait la série Star Wars avec Rosario et elle est sur le point de commencer », dit-il. Lucasfilm n’avait pas encore confirmé les rumeurs selon lesquelles Mary Elizabeth Winstead serait  Ahsoka, mais… maintenant, ils n’ont plus à le faire. « Notre petit garçon est né dans cette énorme famille de Star Wars », dit McGregor, dont le fils avec Winstead est né l’été dernier. « Il va soit l’accepter, soit aller dans l’autre sens. Je ne sais pas. Peut-être sera-t-il un Trekkie! »

Ce jour-là, à la mi-2019, quand Luna a été recrutée pour Andor, l’acteur se souvient avoir regardé par la fenêtre de la voiture sur les toits des bâtiments adjacents, visualisant l’histoire des espions de résistance et des évasions proches de la mort. Il était particulièrement heureux que la proposition de Gilroy inclue des détails qui ont trouvé un écho personnel. Luna décrit Andor comme une histoire de réfugiés, avec des gens désespérés fuyant l’Empire avec toute la force de son pouvoir. « C’est le voyage d’un migrant », dit-il. « Ce sentiment de devoir déménager est derrière cette histoire, très profondément et très fort. Cela vous façonne en tant que personne. Cela vous définit de bien des façons et ce que vous êtes prêt à faire. »

Gilroy respire profondément et en révèle un peu plus sur Andor. « Ce type a donné sa vie pour la galaxie, n’est-ce pas ? Je veux dire, il s’est sacrifié consciemment, sobrement, sans vanité ni reconnaissance. Qui fait cela? » demande-t-il. « C’est le but de cette première saison. C’est parce qu’il est vraiment réfractaire à la révolution, cynique, et perdu, et en quelque sorte un gâchis. » L’histoire commence avec la destruction du monde natal d’Andor, puis le suit jusqu’à l’âge adulte, quand il réalise qu’il ne peut pas courir éternellement. « Sa maison d’adoption deviendra la base de toute notre première saison, et nous observons cet endroit se radicaliser », dit Gilroy. « Puis, nous voyons une autre planète complètement détruite d’une manière coloniale. L’Empire se développe rapidement. Ils anéantissent tous ceux qui se trouvent sur leur chemin. » À la fin du voyage, le chemin d’Andor sera de bloquer le leur.

L’émission se concentre également sur l’énigmatique leader rebelle Mon Mothma, jouée par Geneviève O’Reilly, qui l’a dépeinte comme une jeune sénatrice dans la revanche des Sith, puis repris le rôle dans Rogue One. Mothma (alors joué par Caroline Blakiston) était la figure de la prêtresse dans le Retour des Jedi de 1983 qui souligne les faiblesses dans la nouvelle Étoile de la Mort, entonnant gravement : « Beaucoup de Bothans sont morts pour nous apporter cette information. » En Andor, son histoire sera parallèle au personnage-titre, qui deviendra un jour l’un de ses principaux agents. « Il s’agit d’un énorme ensemble orchestral et dickensien », dit Gilroy.

Luna se souvient de la conversation dans la voiture comme si c’était hier. « À la fin, [Gilroy] m’a dit : « Tu veux prendre ce risque avec moi, mec ? « C’est toi et moi du début à la fin, » dit l’acteur. « C’était comme si tu avais été recruté pour rejoindre une force rebelle. J’étais genre, « Oui ! Bien sûr, mec ! Oui! » Puis la réalité s’est installée : « Qu’est-ce que je viens de dire? Ça va arriver à Londres? Ma vie est au Mexique. Bon sang, qu’est-ce que j’ai fait? »C’est le thème qui lie tous les nouveaux spectacles : la dévotion. « Ce qui est unique à Star Wars, c’est que nous ne sommes qu’une histoire, dit la présidente de Lucasfilm, Kathleen Kennedy. « George était toujours aux prises avec les épisodes. Ironiquement, il racontait ses histoires en série. Il a été influencé par Flash Gordon et les Cliff-Hangers le samedi dans les cinémas. Tout cela a éclairé ce qu’est l’ADN de Star Wars, et c’est pourquoi je pense que c’est tout simplement organique que nous ayons fait la transition vers la télévision. »

La transition n’était pas un pivot évident pour un empire construit sur des films. Lorsqu’elle a pris le contrôle de Lucasfilm en 2012, l’objectif principal de Kennedy était de rajeunir Star Wars avec une nouvelle ère de films, après la trilogie préquels qui a déçu de nombreux fans. Peu de producteurs étaient mieux placés pour le faire, compte tenu de son héritage de spectateurs allant de E.T. à Retour vers le futur et Le Sixième Sens. À la fin de 2015, Han, Leia et Luke étaient de retour sur grand écran dans The Force Awakens (Le réveil de la force) de J.J. Abrams, qui présentait le charognard du désert Rey, le soldat d’assaut en quête de rédemption Finn, le tireur d’élite de X Wing Poe Dameron, et l’aspirant Sith Kylo Ren. La suite de Rian Johnson, The Last Jedi (Le dernier Jedi) de 2017, poursuit la saga Skywalker, telle qu’elle est connue, mais s’écarte brusquement de la vision d’Abrams et semble clore certaines lignes de l’histoire centrale. Abrams a fait un retour sur sa vision pour le dernier chapitre de 2019 qu’il réalisa, The Rise of Skywalker (L’ascension de Skywalker), prenant le relais de l’épisode IX en fin de développement. Les films rapportaient tous des milliards, mais le récit en zigzag était remarquable.

Ewan McGregor et sa partenaire, Mary Elizabeth Winstead, participeront tous deux à de nouvelles séries de Lucasfilm : « Notre petit garçon est NÉ DANS CETTE FAMILLE MASSIVE STAR WARS. Il va soit l’accepter, soit aller dans l’autre sens. Peut-être sera-t-il un Trekkie! »

Tout cela a mené à « l’interruption », un point en jachère dans le paysage du film Star Wars que Kennedy a annoncé au début de 2019, des mois avant même que The Rise of Skywalker ne fasse ses débuts. Lucasfilm a dû se regrouper et repenser : « Nous avons tous reconnu, chacun d’entre nous, qu’il s’agissait d’un nouveau chapitre pour l’entreprise et que nous devions tous travailler ensemble pour créer l’architecture pour là où nous allions. »

Prenez en compte les films autonomes Rogue One et Solo, et la société de production de Bay Area produisait un blockbuster par an, un rythme effréné étant donné que Lucas lui-même n’a sorti qu’un seul film Star Wars tous les trois ans, avec plus d’une décennie entre les trilogies. Kennedy voulait se passer du délai annuel et tout reconsidérer. La leçon la plus importante qu’ils avaient apprise était la suivante : Star Wars exigeait un plus grand degré de dévouement professionnel de la part des cinéastes. « Quiconque entre dans l’univers de la Guerre des étoiles doit savoir qu’il s’agit d’un engagement de trois, quatre ou cinq ans, dit-elle. On ne peut pas intervenir pendant un an, tirer sur quelque chose et s’en aller ensuite… Il faut ce genre d’éducation. »

Obtenir quelque chose de cosmique convenablement préparé pour le lancement de leur service de streaming est devenu la priorité de Disney. Il devait se sentir aussi grand que les films. Donc, Kennedy s’est tourné vers un cinéaste.

Jon Favreau avait inauguré l’univers cinématographique Marvel avec Iron Man une décennie auparavant et était imprégné de contes sérialisés à grande échelle. L’acteur et le metteur en scène étaient aussi devenus si compétents en effets visuels que ses plus récents projets Disney, The Jungle Book et The Lion King, ont souvent été décrits à tort comme des live-action, même si les deux sont presque entièrement réalisés numériquement. « Je savais que Jon Favreau était toujours très intéressé par Star Wars. C’était la première personne à qui je suis allé », dit Kennedy. « Il a dit : « Non seulement j’aurais un intérêt, mais j’ai une idée. » De plus, il était prêt à répondre à ses nouveaux critères. « Ce qui est unique chez Jon, c’est son engagement, explique Kennedy. Cela fait plusieurs années qu’il ne s’occupe que de cela. C’était une bénédiction. »

Après une rencontre au bureau de Kennedy à Santa Monica, Favreau a commencé à travailler sans même un contrat. « Je viens de commencer à écrire », dit-il. « Donc, au moment où j’ai été officiellement embauché, j’avais déjà écrit le premier, je crois, quatre épisodes. »

Mais il y avait un problème. L’idée de Favreau était un Mandalorien, la tribu des guerriers galactiques casqués qui se présentent fréquemment comme mercenaires ou chasseurs de primes. Le premier, et longtemps le seul, Mandalorien dans les premiers films de Star Wars était Boba Fett, et Lucasfilm a prévu de faire de lui le personnage central dans un long métrage en cours de développement par le réalisateur James Mangold. Ce n’était pas le problème, bien que Favreau finirait par reprendre l’histoire de Boba Fett après Mangold déplacé sur une autre propriété de Lucasfilm, réalisant Indiana Jones 5. Le problème pour Kennedy était qu’un autre cadre créatif était en vue par Dave Filoni, il avait également conçu une série axée sur les Mandaloriens. Filoni est le chef-d’œuvre du cowboy coloré derrière de nombreuses émissions animées de Lucasfilm. Il a rejoint l’entreprise en 2005 en tant qu’apprenti de Lucas lui-même et a développé The Clone Wars avec lui. Filoni voulait explorer certaines des idées qu’ils n’avaient jamais complètement réalisées. « Je me souviens quand j’ai fait Clone Wars, George est venu et a dit : ‘Eh bien, les Mandaloriens sont pacifistes en cette période. Je me dis : « Oh, eh bien, c’est très différent de ce que tout le monde pense. Et il m’a dit : « Eh bien, il faut se rappeler que les gens ne sont jamais une seule chose. Les cultures évoluent et changent avec le temps. »

Pouvoir canaliser le créateur rend Filoni indispensable chez Lucasfilm. Il était un élément essentiel des nouvelles entreprises de télévision de la société, et Kennedy nourrissait ses ambitions de cinéaste depuis son arrivée. Favreau et Filoni étaient amicaux, mais Kennedy craignait qu’une guerre de territoire n’éclate. Elle a trouvé une solution. « J’ai arrangé une date de jeu », dit-elle.

CAPE FEAR :

Hayden Christensen, qui reprend son rôle d’Anakin Skywalker (maintenant Dark Vador), s’entraîne pour un duel au sabre laser avec le double cascadeur de McGregor, Ross Kohnstam.                                       PHOTOGRAPHIES EXCLUSIVES D’ANNIE LEIBOVITZ

Après une rencontre à Los Angeles, Favreau et Filoni ont échangé idées et dessins pour un spectacle Mandalorien qui pourrait combiner leurs idées. « Ils s’entendaient instantanément, comme des gangbusters », dit Kennedy. Les connaissances de Filoni sur l’histoire du Mandalorien se sont mélangées avec le concept de tireur solitaire de Favreau. Plus important encore, les nouveaux partenaires se défiaient mutuellement. L’idée de Favreau pour l’enfant était le plus gros point de friction. « Cela nous a donné une pause, dit Kennedy. Dave et lui en ont discuté de façon très féroce. »

L’Enfant, bien sûr, est le voleur de scène aux pistaches qui ferait fondre le cœur glacé du chasseur de primes Mandalorien en devenant l’innocent qu’il doit protéger à tout prix. Le petit est resté caché jusqu’au début du premier épisode, puis est devenu instantanément un objet d’adoration globale. Son vrai nom est Grogu, mais dans notre monde il est toujours Baby Yoda. « Honnêtement, c’est quelque chose que je n’aurais jamais fait parce que Yoda est Yoda », dit Filoni. Le monde et l’histoire de Yoda n’ont jamais été entièrement révélés, et Filoni voulait protéger le mystère que Lucas a construit autour du maître Jedi originel. « Je pense que les gens regardent maintenant en arrière et pensent que c’était comme un slam dunk, mais nous avons été très prudents », dit Filoni au sujet de l’enfant. « La quantité de mesures, surtout au cours de la première saison, pour la façon dont nous avons créé cet enfant a demandé beaucoup d’efforts. »

Tous deux ont parlé avec Vanity Fair dans une interview visio commune, et comme Filoni a décrit ses réserves initiales devant sa caméra, Favreau a disparu de l’écran, bruissant à travers les papiers et fut de retour avec des croquis et des dessins de Mando et l’enfant. L’un d’eux, dessiné par Filoni lui-même, a montré la main du bébé tendant d’un berceau flottant vers son protecteur costaud. La plupart des autres concepts étaient rebutants, froissés, sauvages ou caricaturaux. Il est facile de comprendre l’hésitation de Filoni. « Il y a eu beaucoup de looks différents qui sont apparus, et puis nous en avons eu un qui a finalement cliqué. « C’est ce dessin », dit Favreau, en tapant sur une image concept en couleur de l’artiste Chris Alzmann, qui est maintenant ornée d’innombrables articles de marchandising. Dans celui-ci, l’enfant est assis dans une grenouillère brune avec de grands yeux de biche et une expression légèrement ridicule. « C’est lui. Celui-ci, dit Favreau. « Il avait un air bizarre et laid. Nous ne voulions pas qu’il soit trop mignon. » Une partie de son charme est que vous vous sentez un peu de pitié pour le gars, comme Charlot de Chaplin ou Charlie Brown.

Il n’y a jamais eu d’autre suggestion de créature. Ce n’est pas comme si on avait eu un Baby Ackbar comme un crustacé sur des boîtes à lunch, des poupées, des sacs à dos et des T-shirts. Et nous n’aurions peut-être jamais eu d’enfant du tout si Lucasfilm n’avait pas résolu un autre problème encore plus important avec The Mandalorian : comment créer un spectacle qui va vers de nouveaux mondes dans chaque épisode sans les exigences budgétaires épineuses de l’expédition d’un équipage aux confins de notre propre planète. « Nous faisions des séries qui devaient accompagner nos films avec un tiers du budget et la moitié du temps », explique Carrie Beck, directrice du développement et de la production chez Lucasfilm, qui a coproduit The Mandalorian. « Même si c’est devenu un énorme succès, j’ai l’impression que le sang, la sueur et les larmes de tout le monde sont sur cet écran. »

Ironiquement, la chose qui a dégagé leur chemin était un mur.

Le groupe de bâtiments volumineux beige à Manhattan Beach, une communauté de South Bay près de Los Angeles, semble aussi ennuyeux que n’importe quel quartier d’entrepôt. Ce sont les pantalons kaki de l’architecture. A l’intérieur, au moins deux de ces scènes sonores, cependant, sont des portails vers d’autres mondes.

Après le lancement du Mandalorien fin 2019, la division d’effets spéciaux de Lucasfilm, Industrial Light & Magic, a commencé à révéler les détails du mur LED courbé colossal qu’ils appellent Le Volume qui peut envelopper une équipe de film aussi efficacement que n’importe quel tournage, générer un environnement qui est photoréaliste de manière convaincante, même à un appareil photo numérique. Il n’est pas nécessaire d’envoyer un équipage, des accessoires et des acteurs n’importe où. On peut apporter n’importe où au studio. Avec trois volumes maintenant à L.A., un à Londres et un à Vancouver, les créateurs de films et de télévision commencent à peine à découvrir ses capacités. La lueur du crépuscule ou de l’aube peut durer toute la journée de travail si nécessaire. Vous pouvez geler le soleil. Ou, si vous filmez quelque chose sur Tatooine, vous pouvez en geler deux

En 2018, quand The Mandalorian était prévu pour la première fois, la technologie était instable. Richard Bluff, superviseur des départements de l’environnement de l’ILM, avait passé une grande partie de sa carrière à construire des décors virtuels et savait que The Volume (que l’ILM appelle officiellement StageCraft) pourrait être exactement ce dont The Mandalorian avait besoin. Sans elle, le spectacle serait soit trop coûteux à produire ou trop kitch pour impressionner. Le tournant est survenu au printemps de cette année-là, lorsque l’un des directeurs les plus exigeants de tous les temps est passé. « James Cameron est venu nous rendre visite », dit Bluff. « Il était à côté en train de travailler sur les suites Avatar dans son réservoir d’eau. Jon nous avait demandé d’afficher sur les écrans le test que nous avions tourné plus tôt dans la journée. »

Cette séquence présentait un stand-in Mandalorien arpentant les ruines délabrées d’un bâtiment abandonné, jonché de débris et taché par les dégâts de l’eau, avec des murs qui pelaient comme des peaux mortes. La structure existe vraiment et se trouve sur Angel Island dans la baie de San Francisco. Mais l’emplacement du bâtiment avait été scanné et importé aux écrans LED, et le chasseur de primes et son armure semblable à un miroir semblaient avoir été transportés dans une pièce en décomposition. Si quelqu’un sur terre pouvait voir les coutures de l’effet, ce serait Cameron. « Je me souviens très bien que James a enlevé ses lunettes et s’est penché de près pour voir la qualité de l’image et à quel point elle était convaincante, dit Bluff. « Je pense que, pour tout le monde, cet après-midi-là a été le grand moment, parce que ça fonctionnait. »

Quatre ans plus tard, The Volume est un outil quotidien essentiel. Lors d’une visite à la mi-mars, il évoque une caverne grise rocheuse, avec des falaises encastrées avec de grands composants technologiques. Quel que soit cet endroit, il a été colonisé. Sur le plafond plat du studio, vous pouvez voir le toit escarpé de la grotte, avec une ouverture rugueuse qui laisse la lumière d’un ciel bleu.

Il y a moins de désordre que les autres ensembles et pratiquement pas de poussière. Il n’y a pas d’odeur de peinture fraîche, de mousse sculptée, ou de bois fraîchement coupé. Le Volume a le parfum stérile d’ozone d’un nouvel achat car des millions et des millions de minuscules diodes électroluminescentes intégrées dans la surface incurvée évoquent des paysages étrangers. Favreau montre la scène comme un homme ouvrant le capot d’une voiture classique récemment restaurée. Lorsqu’on lui demande si la technologie lui permet de faire une saison complète de télévision dans le même laps de temps qu’un film Star Wars ou Marvel, Favreau secoue la tête en disant : « Non, c’est comme la moitié du temps. »

L’un des premiers outsiders à voir The Volume fut Pedro Pascal, quand l’acteur fut recruté par Favreau pour prêter une présence rocailleuse à l’antihéros du Mandalorien. « Je savais que c’était un atout. Je le savais, dit Pascal. Et je n’ai été surpris par rien de tout cela. J’ai peut-être été un peu surpris de voir à quel point le Mandalorien peut être convaincant, parce qu’il n’a pas de visage. »Mais cela avait été un argument de vente pour lui aussi. Le personnage, plus tard révélé pour être nommé Din Djarin, est un tel mordu de la ligne dure aux règles mandaloriennes qu’il garde scrupuleusement son casque en présence d’autres. Cela signifie que Pascal peut parfois jouer le rôle d’acteur de voix alors qu’une doublure porte l’armure, ce qui le libère à accepter d’autres projets. « Peut-être que j’ai un peu la phobie de l’engagement, dit-il, parce que le sang-froid me passionne vraiment, et la durée de vie m’intimide vraiment. »

SPACE FORCE Dave Filoni, Deborah Chow, Jon Favreau et Kathleen Kennedy sur l’ensemble Volume qui permet de voyager vers des mondes lointains à l’intérieur d’une scène sonore. Filoni, Chow et Favreau ont d’abord collaboré sur The Mandalorian, mais maintenant Filoni développe la série Ahsoka, et Chow supervise Obi-Wan Kenobi.       PHOTOGRAPHIES EXCLUSIVES D’ANNIE LEIBOVITZ

Les acteurs de Star Wars ont tendance à devenir des acteurs de Star Wars pour la vie. À la fin des années 90, cela a amené McGregor à se tourmenter en jouant le jeune Obi-Wan Kenobi dans les films de préquel. « J’ai vraiment beaucoup remis cela en question », dit-il. « J’avais l’impression de faire partie de cette nouvelle vague du cinéma britannique, vraiment, et que Star Wars n’était pas moi, ce n’est pas ce que je défendais. J’étais une sorte d’acteur urbain, grincheux et indépendant. » Le regretté Sir Alec Guinness a vu d’un mauvais œil la saga spatiale lorsqu’il a joué le sage dans les films originaux. McGregor dit qu’il l’a fait aussi, surtout après son premier épisode, The Phantom Menace (La menace fantome), en 1999, qui a fait l’objet de critiques accablantes : « C’était difficile parce que c’était une décision énorme, un événement d’une telle envergure. C’était assez difficile pour nous tous de faire face à cela, sachant aussi que vous avez encore quelques choses à faire. »

McGregor a été soulagé de mettre la franchise derrière lui. Mais en 2017, il a été invité au Théâtre El Capitan à Hollywood pour une projection marathon de chaque film Star Wars. « Ils m’ont demandé si je voulais en présenter un, et je n’ai jamais rien fait de tel, mais tout à coup, je me suis dit que je le voulais vraiment », se souvient McGregor. Pourquoi ses sentiments ont-ils changé? « Je ne sais pas », dit-il en se grattant une joue. « Je pense vraiment que cela a à voir avec le fait de grandir. » Il aimait voir des gens dans des sacs de couchage, passer une nuit blanche avec ses films. Les enfants qui avaient grandi avec les prélats n’étaient pas aussi cyniques que les critiques. Quelques examinateurs avaient même commencé à les réévaluer. Les gens l’aimaient comme Obi-Wan, ce qui a fait réaliser à McGregor qu’il l’aimait aussi.

Après la projection, McGregor a commencé à se faire poser la question presqu’à chaque fois qu’il donnait une entrevue : Serait-il jamais envisageable de jouer Obi-Wan Kenobi à nouveau? McGregor a toujours répondu par l’affirmative, ce qui est une bonne politique, mais pas une obligation contractuelle. La seule fois où la question a été posé chez Lucasfilm, par chef de l’histoire Kiri Hart il y a environ quatre ans, là elle a vraiment compté pour  McGregor. « Elle a simplement dit : « Nous voulions simplement savoir si c’était vrai. Vous avez dit que vous le referiez. Nous voulons savoir si vous le pensiez vraiment », se souvient McGregor. « Et j’ai dit : « Oui, je le pense vraiment. Je serais heureux de le refaire. »

Lucasfilm avait l’intention de faire d’Obi-Wan Kenobi un film, qui sera réalisé par Stephen Daldry, nominé aux Oscars. McGregor serait un producteur cette fois, lui donnant plus de voix sur l’histoire. « Je viens de dire : « Je pense qu’il faudrait raconter l’histoire d’un homme brisé, d’un homme qui a perdu la foi », dit-il. « Il a toujours une phrase amusante à dire ou semble toujours être calme et est un bon guerrier ou un bon soldat ou peu importe, mais de voir cet homme se séparer, et de voir ce qui le rassemble à nouveau — c’est là que nous avons commencé. »

Lorsque le film d’Obi-Wan a évolué en une série télévisée d’Obi-Wan dans le cadre de la nouvelle aspiration de Lucasfilm pour le contenu de Disney+, Daldry est parti et Deborah Chow, une réalisatrice de The Mandalorian, est venue à bord avec le but de garder la série cinématographique dans sa portée. Il restait un élément manquant. Le mentor prequel de Anakin Skywalker était McGregor, Hayden Christensen, avait été le padawan d’Obi-Wan, frères d’armes jusqu’à leur bataille brutale sur une coulée de lave dans la revanche des Sith. Pourtant, dans les premières versions de l’histoire d’Obi-Wan–in–exile, Vader n’a pas été inclus.

À la fin de l’année dernière, Rosario Dawson a semblé confirmer accidentellement une rumeur dans un message sur Instagram : « J’ai regardé dans mon courriel, et Star Wars était du genre : « VOUS VOUDRIEZ PEUT-ÊTRE RETIRER CELA. » Je me dis : « On ne peut pas me faire confiance. »

C’est une énigme permanente chez Lucasfilm : Combien devraient-ils présenter les anciens personnages et combien devraient-ils les garder en réserve? Présenter Vader à une histoire sur l’exil d’Obi-Wan nuirait-il à leur rencontre fatidique sur l’Étoile de la Mort dans Star Wars de 1977, quand Vader abat son vieil ami ? Ou une rencontre jusqu’alors inconnue pourrait-elle réellement améliorer ce moment ? « Nous avons ces conversations hypothétiques 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 », déclare Michelle Rejwan, productrice exécutive d’Obi-Wan et l’un des principaux chefs du développement de l’entreprise. « C’est amusant, dans votre tête, de parcourir le magasin de jouets Star Wars. Oh, nous pourrions avoir ce personnage, ou mettre en vedette ce navire. Mais au bout du compte, nous devons vraiment savoir pourquoi. »

À l’automne 2019, Chow s’est assis dans le salon de Christensen, lui demandant de revenir comme le tyran le plus redoutable de la galaxie. Des bûches crépitaient dans la cheminée. Une tasse de thé aux herbes, au citron et au gingembre cuite à la vapeur dans la tasse de Chow. Vader, a-t-elle dit à Christensen, ajouterait une nouvelle dimension qui pourrait finalement recadrer la façon dont les fans regardent leur duel classique dans le film original.

Au moment de la réunion, il y avait 14 ans que la vengeance des Sith avait eu lieu, et l’acteur supposait que ses jours de gloire galactique étaient terminés. Il était heureux d’avoir tort. « C’est un personnage qui en est venu à définir ma vie de tant de façons », dit-il. « À l’origine, j’ai été embauché pour jouer une partie très précise de la vie de cette personne. La plupart de mon travail était avec Anakin. Et maintenant, je peux revenir et explorer le personnage de Dark Vador. »

Techniquement, vous n’avez pas besoin de Christensen pour Vader — tout ce dont vous avez besoin, c’est du masque, une silhouette imposante dans le costume, et, si vous êtes chanceux, la voix impérieuse de James Earl Jones. Mais tu as besoin de Christensen pour montrer au public l’homme intelligent mais compatissant qui était perdu quand Anakin Skywalker est devenu Vador. « Beaucoup de mes conversations avec Deborah portaient sur le désir de transmettre ce sentiment de force, mais aussi sur l’emprisonnement », dit Christensen. « Il y a ce pouvoir et cette vulnérabilité, et je pense que c’est un espace intéressant à explorer. »

Lorsque Chow est devenu le metteur en scène, elle a défendu une revanche entre Vader et Kenobi mais le Lucasfilm Brain Trust devait réfléchir s’il fallait prendre cette route. Pendant ce temps, les salles de concert avaient été réservées en Angleterre, puis annulées, car l’histoire avait fait l’objet d’un examen plus interne, suscitant la crainte des fans que le spectacle lui-même pourrait disparaître. En mars 2020, peu avant le début du confinement, la décision a été finalisée : Vader reviendrait.

Une partie de la perspective réussie de Chow sur « pourquoi » Vader et Kenobi devraient s’affronter à nouveau pourrait surprendre même les fans les plus ardents de Star Wars, en particulier ceux qui pensent que les deux abritent un mépris épique l’un pour l’autre. « Pour moi, à travers les avant-propos, à travers la trilogie originale, il y a une dynamique d’histoire d’amour avec ces deux-là qui traverse l’ensemble », dit Chow. « J’ai eu l’impression qu’il était assez difficile de ne pas inclure dans la série la personne qui a quitté Kenobi dans une telle angoisse. » Ce qui l’intriguait, c’était l’idée que, malgré ce que Vader était devenu, Kenobi pourrait encore se soucier profondément de lui. « Je ne sais pas comment vous ne pourriez pas, dit-elle. Je ne pense pas qu’il ne se souciera jamais de lui. Ce qui est spécial dans cette relation, c’est qu’ils s’aimaient. »

Tandis que Luna est le genre d’acteur qui se blottit sur la banquette arrière d’une voiture, cachant son appel de Star Wars à un conducteur probablement inconscient, Rosario Dawson est le type qui téléphone en visio avec son ami de huit ans alors qu’il était déguisé en extraterrestre maquillé en bleu avec le visage d’Ahsoka, et des queues blanches encadrant le maquillage d’ombre brûlée et les marques blanches du guerrier. « J’ai appelé mon amie Polina parce que son fils Cosmo est un grand fan de Star Wars, il connaît tous les vaisseaux, tous les robots », dit Dawson. « Il me voit et jette le téléphone dans la pièce. Il a paniqué. J’ai pris de la crème glacée avec ce gamin. On a passé du temps ensemble. Mais c’était trop parce que le personnage qu’il aime commençait à lui parler et à dire son nom.

Elle me rappelle le lendemain et me dit : « Cosmo est entré dans la pièce et m’a dit : Il est prêt maintenant. J’ai répondu : « Eh bien, c’est très gentil, mais je ne suis plus en costume. Son moment est raté. » Elle hausse les épaules. « Ce sera une leçon de vie pour lui à l’avenir. »

Dawson a le même enthousiasme pour Star Wars que Cosmo. Son casting sous le nom d’Ahsoka Tano, qui n’existait que dans le domaine de l’animation et qui avait été exprimé par Ashley Eckstein, est le résultat d’une suggestion de fans que Lucasfilm prenait au sérieux. Quelqu’un a tweeté à Dawson une œuvre d’art la dépeignant comme l’héroïne, et elle a répondu : « Ummm… Oui, s’il vous plaît? » Cela a fait son chemin à Filoni, qui avait travaillé avec Favreau pour inclure Ahsoka à la fois dans le Mandalorien et plus tard le livre de Boba Fett. Son but ultime était de donner à Ahsoka sa propre série télévisée.

EASY BEING GREEN Favreau berce la marionnette animatronique que le monde connaît maintenant sous le nom de Baby Yoda. « Nous ne voulions pas qu’il soit trop mignon », dit-il.    PHOTOGRAPHIES EXCLUSIVES D’ANNIE LEIBOVITZ

En octobre 2021, après que Dawson ait pris des photos de ses invités, elle a lu un rapport sur le commerce au sujet de la possibilité que Christensen se joigne à son émission indépendante. Anakin Skywalker avait été le mentor du personnage, et la mémoire de Vader la hanterait encore naturellement. Dawson a pris une capture d’écran du titre et a ouvert Instagram, en utilisant les surnoms des personnages les uns pour les autres de The Clone Wars comme légende. « Je viens d’écrire « Skyguy… Ils savent! À bientôt, Snips. » Ce n’est que plus tard qu’elle a réalisé que le rapport n’était qu’une rumeur non confirmée. Les fans ont pris son poste comme une dure confirmation, et les pouvoirs qui sont à Lucasfilm ont été bouleversés. « J’ai regardé dans mon courriel, et Star Wars m’a dit : « Vous voudrez peut-être l’enlever », se souvient Dawson. « Je me dis : « On ne peut pas me faire confiance. »

Ahsoka apparaîtra sur Disney+ en 2023, bien que Lucasfilm, désireux de se réapproprier le secret, ne sera toujours pas confirmé si Dawson avait par inadvertance divulgué la vérité sur Anakin ou si c’était vraiment un faux rapport. Comme pour chaque titre de Star Wars, les émotions et la nostalgie sont enveloppées dans cette série.

Filoni, qui supervise le spectacle, a aidé à créer le personnage-titre avec Lucas, et l’a vue devenir un personnage qui sensibiliser les jeunes filles qui ont été attirées par « Snips » comme la première femme en tête dans l’ordre des Jedi. La quête à laquelle Ahsoka a fait allusion dans ses apparitions sur Le Mandalorien et Boba Fett, chassant un grand amiral impérial du nom de Thrawn qui a disparu dans l’espace à la fin de la série animée Rebels, est susceptible d’être explorée plus loin, bien que les détails de l’intrigue soient encore très serrés. « Ahsoka est une histoire continue », dit Filoni. « À mon avis, il s’agit certainement d’un objectif plutôt que de petites aventures singulières. C’est ce que je veux que le personnage fasse, et je pense que c’est ce que veulent les fans maintenant. Ils ont une telle relation avec elle. Ce n’est que récemment que j’ai commencé à comprendre que tous les enfants qui regardaient Clone Wars sont maintenant beaucoup plus âgés — ils sont très excités par toutes les choses avec lesquelles ils ont grandi, comme ils devraient l’être. »

Pour garder les fans, Lucasfilm doit donner aux nouvelles générations leur propre collection de personnages à aimer et à détester, et pas tous les personnages classiques peuvent être ramenés sans fin de toute façon. Kennedy est bien au courant de tout ça maintenant. Dans The Mandalorian et The Book of Boba Fett, Mark Hamill, 70 ans, a présenté des performances en tant que quelque 30 Luke Skywalker, mais des acteurs plus jeunes ont joué le corps de Luke tandis que la technologie avancée du deepfake a remplacé le visage. Donner vie à Luke est maintenant un sport d’équipe. Mais cette technologie a ses limites. La refonte aussi.

Le film Solo 2018 explore les jeunes années de Han Solo, avec Alden Ehrenreich jouant le rôle du contrebandier créé par Harrison Ford. Le film a ses admirateurs, mais il a fait moins au box-office que tout autre film Star Wars. La fanfaronnade de Solo est peut-être trop singulière pour être reproduite par un autre acteur. « Il devrait y avoir des moments où vous apprendrez des choses », dit Kennedy. « Maintenant, il semble tellement clair que nous ne pouvons pas faire cela. »


Pour durer, Star Wars aura besoin de nouveaux acteurs, de nouveaux personnages et d’une nouvelle ère, s’éloignant de la chronologie telle que nous la connaissons. Une autre série à venir, The Acolyte, mettant en vedette Amandla Stenberg, vise à le faire. Le spectacle est en phase de casting, mais l’écriture est en grande partie complète, dit la scénariste Leslye Headland, cocréatrice du spectacle en boucle Netflix Russian Doll. Elle le planifie depuis deux ans, principalement depuis son domicile. Son chien et son chat, qui jettent un regard curieux sur les conversations en visio, sont certainement imprégnés du concept de l’ère de la Haute République de la galaxie, dit-elle, mais les fans occasionnels de Star Wars qui n’ont pas suivi les romans et les bandes dessinées récents pourraient encore ignorer.

L’Acolyte, dit Headland, a lieu environ 100 ans avant La Menace Fantôme : « Beaucoup de ces personnages ne sont pas encore nés. Nous examinons les questions politiques, personnelles et spirituelles qui ont été soulevées au cours d’une période que nous ne connaissons pas beaucoup. En regardant La Menace Fantôme, je me suis toujours demandé comment les choses en étaient arrivées là. Comment en sommes-nous arrivés à un point où un seigneur Sith peut infiltrer le Sénat sans que les Jedi ne s’en aperçoivent ? Qu’est-ce qui a mal tourné ? Quels sont les scénarios qui nous ont menés à ce moment? »

Headland décrit The Acolyte comme un thriller mystérieux qui se déroule dans une ère prospère et apparemment paisible, alors que la galaxie est encore élégante et scintillante. « Nous utilisons en fait le terme Renaissance, ou Age of Enlightenment », dit-elle. Les Jedis n’étaient pas toujours des figures moines ascétiques vivant de manière désintéressée et courageuse. « Les uniformes Jedi sont dorés et blancs, et c’est presque comme s’ils ne se saliraient jamais. Ils ne sortiraient jamais et n’iraient jamais se battre», dit Headland. « L’idée, c’est qu’ils pourraient avoir ce genre d’uniformes parce qu’ils ne font pas d’escarmouches. »

Une autre nouvelle série à l’horizon n’a même pas de titre, juste un nom de code : Grammar Rodeo, une référence à un épisode des Simpsons dans lequel Bart et ses camarades volent une voiture et s’enfuient pendant une semaine, utilisant un faux événement éducatif comme alibi. Le spectacle se déroule pendant la reconstruction des Jedi qui suit la chute de l’Empire, la même que Le Mandalorien, mais son intrigue reste un secret. Il est créé et produit par le réalisateur Jon Watts et l’écrivain Chris Ford, qui a fait Spider-Man : Homecoming pour Marvel. Un appel à casting est lancé pour quatre enfants, autour de 11 à 12 ans. À l’intérieur de Lucasfilm, le spectacle est décrit comme une version galactique des films d’aventure classiques d’Amblin des années 80.

Reste à savoir ce qui se passe avec les films Star Wars.

« Nous avons une feuille de route », dit M. Kennedy, même s’il est peu probable que le retour au cinéma de Lucasfilm suive la même cadence implacable qu’auparavant. Un film de Taika Waititi de Jojo Rabbit et de la scénariste Krysty Wilson-Cairns arriva probablement en premier, avec Rogue Squadron du réalisateur de Wonder Woman Patty Jenkins plus tard. Est-il vrai que le président de Marvel Studios, Kevin Feige, produira un film de Star Wars ? « J’aimerais bien voir quel film il pourrait nous présenter, dit M. Kennedy. Mais pour l’instant, non, il n’y a rien de précis. » Et la trilogie de Rian Johnson de The Last Jedi qui a été annoncée il y a cinq ans ? Mise en veilleuse. « Rian a été incroyablement occupé avec Knives Out et l’accord qu’il a conclu avec Netflix pour plusieurs films. »

L’accent mis sur la télévision influe déjà sur la liste des films à venir. « J’hésite encore à utiliser le mot trilogies parce que Star Wars est beaucoup plus une histoire persistante », dit M. Kennedy. Elle doit recruter des cinéastes.

Le 19 mars, Kennedy et Lucas ont reçu le prix Milestone de la Producers Guild of America, et quelque chose lui est arrivé en regardant le montage vidéo. Les clips de la paire au cours des décennies incluaient un Lucas torse nu dans une bataille de pistolet à eau avec Steven Spielberg, et Kennedy et Lucas plaisantant dans une production perturbant averse. « Ce qui m’a tellement plu, c’est à quel point nous nous amusions, dit-elle. « C’était un moment de prise de conscience. Je pense qu’un peu de plaisir est passé à faire ces gigantesques films. Le business, les enjeux, tout ce qui a été infusé au cours des 10 dernières années. Il y a une sorte de spontanéité et de bon temps que nous devons préserver avec soin. Je m’accroche toujours : il vaut mieux que ce soit amusant. »

Après plus de 50 ans, avec Lucasfilm naviguant sur un nouveau chemin. Cette vision se doit d'être notre point de repère à suivre.

Les costumiers :

 Suttirat Larlarb, Shawna Trpcic, Michael Wilkinson; le maquillage et les cheveux, Cool Benson, Ashleigh Childers, Alexei Dmitriew, Amber Hamilton, Crystal Jones, Morgan Marinoff, Davy Newkirk, Julio Parodi, Ana Gabriela Quiñonez, Maria Sandoval, Cristina Waltz; Maîtres de l’immobilier, Martin Doust, Brad Elliot, Josh Roth. Pour V.F. : set design, Mary Howard; productrice créative, Kathryn MacLeod. Photographié exclusivement pour V.F. par Annie Leibovitz à Manhattan Beach, Californie.

Dans STAR WARS

Star Wars et les séries télévisées Disney+

Le 20/05/2022

Presse VANITY FAIRVanity fair presse starwars

ARTICLE DE COUVERTURE

NUMÉRO DE JUIN 2022

Star Wars : La rébellion sera télévisée

Un aperçu exclusif du plan directeur

pour Obi-Wan Kenobi avec Ewan McGregor

et Hayden Christensen, Andor avec

Diego Luna, Ahsoka avec Rosario Dawson,

et une flotte de nouveaux spectacles.

PAR ANTHONY BREZNICAN

PHOTOGRAPHIE D’ANNIE LEIBOVITZ

17 MAI 2022

 

 

Costumiers, Suttirat Larlarb, Shawna Trpcic, Michael Wilkinson; maquillage et coiffure, Cool Benson, Ashleigh Childers, Alexei Dmitriew, Amber Hamilton, Crystal Jones, Morgan Marinoff, Davy Newkirk, Julio Parodi, Ana Gabriela Quiñonez, Maria Sandoval, Cristina Waltz. Pour V.F. : set design, Mary Howard; productrice créative, Kathryn MacLeod. Photographié exclusivement pour V.F. par Annie Leibovitz à Manhattan Beach, Californie.

Diego Luna ne pouvait pas faire confiance au conducteur. Il ne pensait pas pouvoir faire confiance à quiconque. Et n’avait-il pas lu quelque chose à propos d’une épidémie d’écouteurs qui pirataient les téléphones ? « C’était juste ma paranoïa », dit l’acteur maintenant. « Pas connecté à la réalité. » Pourtant, il appuya son téléphone si fermement à son oreille qu’il lui fit chaud au visage, comme une voix à des milliers de kilomètres lui raconta des secrets d’une autre galaxie. La voiture était coincée dans la circulation sur le niveau supérieur d’une autoroute à deux étages à Mexico. « Je parlais en langage codé parce que j’essayais de ne pas trop en dire dans la voiture », dit Luna. Les mots qu’il évitait le plus étaient Star et Wars.

Luna avait joué le redoutable espion rebelle Cassian Andor dans le film Rogue One de 2016. A l’autre bout du fil, il y avait Tony Gilroy, qui avait tapé dans le script du film pour les reshoots. Gilroy, qui a notamment écrit les quatre premiers thrillers de Bourne, écrit et réalise Michael Clayton, développait une série qui explorerait l’histoire d’Andor, révélant ce qui l’a entraîné dans la rébellion galactique et comment il est passé d’un soi-même. . .servir un nihiliste en martyr désintéressé. L’appel de Luna avec Gilroy — la première fois qu’il a entendu le plan complet pour l’histoire d’Andor — a eu lieu il y a plus de trois ans. « Une chose dont je me souviens, étant donné que je fais partie de cette équipe depuis le premier jour, c’est à quel point on ne peut pas partager ce qui se passe », dit l’acteur. « J’ai des enfants, mec. C’est douloureux pour eux et pour moi. »

Dark Vader : Dans le nouveau spectacle Obi-Wan Kenobi, le seigneur du côté obscur chasse son ancien mentor, mettant en place leur confrontation fatidique dans Star Wars de 1977. Reva l’inquisiteur : Moses Ingram costars comme exterminateur redoutable de Jedi, brandissant un sabre laser à double lame. Obi-Wan Kenobi sera présenté en première le 27 mai. Obi-Wan Kenobi : Dans la nouvelle série éponyme, Ewan McGregor reprend son rôle de jeune(er) version du vieux sage d’Alec Guinness, aujourd’hui en exil dans le désert.PHOTOGRAPHIES EXCLUSIVES D’ANNIE LEIBOVITZ

Mon Mothma : A Andor, le sénateur galactique de Geneviève O’Reilly mène secrètement un soulèvement contre l’Empire. Cassian Andor : Diego Luna est un homme qui ne croit en rien, mais qui finit par tout risquer pour aider la Rébellion. Andorre en première à la fin de l’été 2022. Din Djarin : Le chasseur de primes de Pedro Pascal, alias le Mandalorien, a une telle dévotion orthodoxe à sa culture qu’il n’enlève son casque que dans des circonstances difficiles. La troisième saison du Mandalorian revient fin 2022 ou début 2023. Ahsoka Tano : La guerrière extraterrestre de Rosario Dawson est profondément attachée à la Force, mais certains fans l’appellent un Jedi « gris », parce qu’elle ne s’engage pas à des absolus comme ses frères. La première d’Ahsoka est prévue en 2023.PHOTOGRAPHIES EXCLUSIVES D’ANNIE LEIBOVITZ

George Lucas lui-même avait tenté, et abandonné, une série live-action Star Wars appelée Underworld avant de vendre Lucasfilm à la Walt Disney Company en 2012. Des scénarios ont été écrits et des séquences d’essai ont été tournées, mais le niveau de qualité qu’il recherchait s’est avéré trop coûteux pour un budget de télévision. Puis, en 2017, Lucasfilm a été chargé d’essayer à nouveau, cette fois de faire non pas une série, mais toute une flotte pour soutenir les ambitions de sa société mère de streaming. Disney+ aurait besoin de la puissance de feu de nombreux spectacles Star Wars pour rivaliser avec des titans rivaux comme Netflix et Amazon.

Le Mandalorien, nous le savons maintenant, est devenu un phénomène mondial, qui n’a fait qu’élever les attentes. Cet hiver, The Book of Boba Fett (Le livre de Boba Fett) a livré une histoire de rédemption près de quatre décennies après la disparition apparente du personnage-titre dans le Retour des Jedi. Maintenant, avec 130 millions d’abonnés en attente, Disney a augmenté ses demandes à trois spectacles Star Wars distincts en un an. Pour cette histoire, Lucasfilm a levé le secret entourant son univers TV et comment il s’est formé, comme les univers le font, sous une pression immense.

Tout d’abord, le retour d’Ewan McGregor dans son rôle de maître Jedi fatigué en exil. Obi-Wan Kenobi fait ses débuts le 27 mai, suivant le personnage 10 ans après son passage dans le monde désertique de Tatooine, où il est le lointain gardien du jeune Luke Skywalker il est chassé par un « Inquisitor » (coté obscur) nommé Reva (joué par Moses Ingram de The Queen’s Gambit).

La saga d’espionnage de Luna, Andor, est sur les écrans à la fin de l’été. La troisième saison du Mandalorian, réunissant le tireur casqué de Pedro Pascal avec son petit quartier vert (vous savez qui), tombe fin 2022 ou début 2023. L’année prochaine, Rosario Dawson dirigera la série Ahsoka, jouant la version live-action d’une maniaque de Force préférée des fans, vue dans la série d’animation elle a été une apprentie de Anakin Skywalker. Un peu plus loin se trouve The Acolyte, dont le conte se déroule environ un siècle avant l’ère des Skywalkers.

C’est une période faste pour être obsédé par Star Wars, c’est le moins qu’on puisse dire. M. McGregor, qui a lutté pour rejoindre la galaxie à la fin des années 90 et qui s’est remis à se demander s’il devait revenir, affirme que le concept a saturé sa vie. « Ma partenaire, Mary, fait la série Star Wars avec Rosario et elle est sur le point de commencer », dit-il. Lucasfilm n’avait pas encore confirmé les rumeurs selon lesquelles Mary Elizabeth Winstead serait  Ahsoka, mais… maintenant, ils n’ont plus à le faire. « Notre petit garçon est né dans cette énorme famille de Star Wars », dit McGregor, dont le fils avec Winstead est né l’été dernier. « Il va soit l’accepter, soit aller dans l’autre sens. Je ne sais pas. Peut-être sera-t-il un Trekkie! »

Ce jour-là, à la mi-2019, quand Luna a été recrutée pour Andor, l’acteur se souvient avoir regardé par la fenêtre de la voiture sur les toits des bâtiments adjacents, visualisant l’histoire des espions de résistance et des évasions proches de la mort. Il était particulièrement heureux que la proposition de Gilroy inclue des détails qui ont trouvé un écho personnel. Luna décrit Andor comme une histoire de réfugiés, avec des gens désespérés fuyant l’Empire avec toute la force de son pouvoir. « C’est le voyage d’un migrant », dit-il. « Ce sentiment de devoir déménager est derrière cette histoire, très profondément et très fort. Cela vous façonne en tant que personne. Cela vous définit de bien des façons et ce que vous êtes prêt à faire. »

Gilroy respire profondément et en révèle un peu plus sur Andor. « Ce type a donné sa vie pour la galaxie, n’est-ce pas ? Je veux dire, il s’est sacrifié consciemment, sobrement, sans vanité ni reconnaissance. Qui fait cela? » demande-t-il. « C’est le but de cette première saison. C’est parce qu’il est vraiment réfractaire à la révolution, cynique, et perdu, et en quelque sorte un gâchis. » L’histoire commence avec la destruction du monde natal d’Andor, puis le suit jusqu’à l’âge adulte, quand il réalise qu’il ne peut pas courir éternellement. « Sa maison d’adoption deviendra la base de toute notre première saison, et nous observons cet endroit se radicaliser », dit Gilroy. « Puis, nous voyons une autre planète complètement détruite d’une manière coloniale. L’Empire se développe rapidement. Ils anéantissent tous ceux qui se trouvent sur leur chemin. » À la fin du voyage, le chemin d’Andor sera de bloquer le leur.


L’émission se concentre également sur l’énigmatique leader rebelle Mon Mothma, jouée par Geneviève O’Reilly, qui l’a dépeinte comme une jeune sénatrice dans la revanche des Sith, puis repris le rôle dans Rogue One. Mothma (alors joué par Caroline Blakiston) était la figure de la prêtresse dans le Retour des Jedi de 1983 qui souligne les faiblesses dans la nouvelle Étoile de la Mort, entonnant gravement : « Beaucoup de Bothans sont morts pour nous apporter cette information. » En Andor, son histoire sera parallèle au personnage-titre, qui deviendra un jour l’un de ses principaux agents. « Il s’agit d’un énorme ensemble orchestral et dickensien », dit Gilroy.

Luna se souvient de la conversation dans la voiture comme si c’était hier. « À la fin, [Gilroy] m’a dit : « Tu veux prendre ce risque avec moi, mec ? « C’est toi et moi du début à la fin, » dit l’acteur. « C’était comme si tu avais été recruté pour rejoindre une force rebelle. J’étais genre, « Oui ! Bien sûr, mec ! Oui! » Puis la réalité s’est installée : « Qu’est-ce que je viens de dire? Ça va arriver à Londres? Ma vie est au Mexique. Bon sang, qu’est-ce que j’ai fait? »

 

C’est le thème qui lie tous les nouveaux spectacles : la dévotion. « Ce qui est unique à Star Wars, c’est que nous ne sommes qu’une histoire, dit la présidente de Lucasfilm, Kathleen Kennedy. « George était toujours aux prises avec les épisodes. Ironiquement, il racontait ses histoires en série. Il a été influencé par Flash Gordon et les Cliff-Hangers le samedi dans les cinémas. Tout cela a éclairé ce qu’est l’ADN de Star Wars, et c’est pourquoi je pense que c’est tout simplement organique que nous ayons fait la transition vers la télévision. »

La transition n’était pas un pivot évident pour un empire construit sur des films. Lorsqu’elle a pris le contrôle de Lucasfilm en 2012, l’objectif principal de Kennedy était de rajeunir Star Wars avec une nouvelle ère de films, après la trilogie préquels qui a déçu de nombreux fans. Peu de producteurs étaient mieux placés pour le faire, compte tenu de son héritage de spectateurs allant de E.T. à Retour vers le futur et Le Sixième Sens. À la fin de 2015, Han, Leia et Luke étaient de retour sur grand écran dans The Force Awakens (Le réveil de la force) de J.J. Abrams, qui présentait le charognard du désert Rey, le soldat d’assaut en quête de rédemption Finn, le tireur d’élite de X Wing Poe Dameron, et l’aspirant Sith Kylo Ren. La suite de Rian Johnson, The Last Jedi (Le dernier Jedi) de 2017, poursuit la saga Skywalker, telle qu’elle est connue, mais s’écarte brusquement de la vision d’Abrams et semble clore certaines lignes de l’histoire centrale. Abrams a fait un retour sur sa vision pour le dernier chapitre de 2019 qu’il réalisa, The Rise of Skywalker (L’ascension de Skywalker), prenant le relais de l’épisode IX en fin de développement. Les films rapportaient tous des milliards, mais le récit en zigzag était remarquable.

Ewan McGregor et sa partenaire, Mary Elizabeth Winstead, participeront tous deux à de nouvelles séries de Lucasfilm : « Notre petit garçon est NÉ DANS CETTE FAMILLE MASSIVE STAR WARS. Il va soit l’accepter, soit aller dans l’autre sens. Peut-être sera-t-il un Trekkie! »

Tout cela a mené à « l’interruption », un point en jachère dans le paysage du film Star Wars que Kennedy a annoncé au début de 2019, des mois avant même que The Rise of Skywalker ne fasse ses débuts. Lucasfilm a dû se regrouper et repenser : « Nous avons tous reconnu, chacun d’entre nous, qu’il s’agissait d’un nouveau chapitre pour l’entreprise et que nous devions tous travailler ensemble pour créer l’architecture pour là où nous allions. »

Prenez en compte les films autonomes Rogue One et Solo, et la société de production de Bay Area produisait un blockbuster par an, un rythme effréné étant donné que Lucas lui-même n’a sorti qu’un seul film Star Wars tous les trois ans, avec plus d’une décennie entre les trilogies. Kennedy voulait se passer du délai annuel et tout reconsidérer. La leçon la plus importante qu’ils avaient apprise était la suivante : Star Wars exigeait un plus grand degré de dévouement professionnel de la part des cinéastes. « Quiconque entre dans l’univers de la Guerre des étoiles doit savoir qu’il s’agit d’un engagement de trois, quatre ou cinq ans, dit-elle. On ne peut pas intervenir pendant un an, tirer sur quelque chose et s’en aller ensuite… Il faut ce genre d’éducation. »

Obtenir quelque chose de cosmique convenablement préparé pour le lancement de leur service de streaming est devenu la priorité de Disney. Il devait se sentir aussi grand que les films. Donc, Kennedy s’est tourné vers un cinéaste.

Jon Favreau avait inauguré l’univers cinématographique Marvel avec Iron Man une décennie auparavant et était imprégné de contes sérialisés à grande échelle. L’acteur et le metteur en scène étaient aussi devenus si compétents en effets visuels que ses plus récents projets Disney, The Jungle Book et The Lion King, ont souvent été décrits à tort comme des live-action, même si les deux sont presque entièrement réalisés numériquement. « Je savais que Jon Favreau était toujours très intéressé par Star Wars. C’était la première personne à qui je suis allé », dit Kennedy. « Il a dit : « Non seulement j’aurais un intérêt, mais j’ai une idée. » De plus, il était prêt à répondre à ses nouveaux critères. « Ce qui est unique chez Jon, c’est son engagement, explique Kennedy. Cela fait plusieurs années qu’il ne s’occupe que de cela. C’était une bénédiction. »

Après une rencontre au bureau de Kennedy à Santa Monica, Favreau a commencé à travailler sans même un contrat. « Je viens de commencer à écrire », dit-il. « Donc, au moment où j’ai été officiellement embauché, j’avais déjà écrit le premier, je crois, quatre épisodes. »

Mais il y avait un problème. L’idée de Favreau était un Mandalorien, la tribu des guerriers galactiques casqués qui se présentent fréquemment comme mercenaires ou chasseurs de primes. Le premier, et longtemps le seul, Mandalorien dans les premiers films de Star Wars était Boba Fett, et Lucasfilm a prévu de faire de lui le personnage central dans un long métrage en cours de développement par le réalisateur James Mangold. Ce n’était pas le problème, bien que Favreau finirait par reprendre l’histoire de Boba Fett après Mangold déplacé sur une autre propriété de Lucasfilm, réalisant Indiana Jones 5. Le problème pour Kennedy était qu’un autre cadre créatif était en vue par Dave Filoni, il avait également conçu une série axée sur les Mandaloriens. Filoni est le chef-d’œuvre du cowboy coloré derrière de nombreuses émissions animées de Lucasfilm. Il a rejoint l’entreprise en 2005 en tant qu’apprenti de Lucas lui-même et a développé The Clone Wars avec lui. Filoni voulait explorer certaines des idées qu’ils n’avaient jamais complètement réalisées. « Je me souviens quand j’ai fait Clone Wars, George est venu et a dit : ‘Eh bien, les Mandaloriens sont pacifistes en cette période. Je me dis : « Oh, eh bien, c’est très différent de ce que tout le monde pense. Et il m’a dit : « Eh bien, il faut se rappeler que les gens ne sont jamais une seule chose. Les cultures évoluent et changent avec le temps. »

Pouvoir canaliser le créateur rend Filoni indispensable chez Lucasfilm. Il était un élément essentiel des nouvelles entreprises de télévision de la société, et Kennedy nourrissait ses ambitions de cinéaste depuis son arrivée. Favreau et Filoni étaient amicaux, mais Kennedy craignait qu’une guerre de territoire n’éclate. Elle a trouvé une solution. « J’ai arrangé une date de jeu », dit-elle.

CAPE FEAR :

Hayden Christensen, qui reprend son rôle d’Anakin Skywalker (maintenant Dark Vador), s’entraîne pour un duel au sabre laser avec le double cascadeur de McGregor, Ross Kohnstam.                                       PHOTOGRAPHIES EXCLUSIVES D’ANNIE LEIBOVITZ

Après une rencontre à Los Angeles, Favreau et Filoni ont échangé idées et dessins pour un spectacle Mandalorien qui pourrait combiner leurs idées. « Ils s’entendaient instantanément, comme des gangbusters », dit Kennedy. Les connaissances de Filoni sur l’histoire du Mandalorien se sont mélangées avec le concept de tireur solitaire de Favreau. Plus important encore, les nouveaux partenaires se défiaient mutuellement. L’idée de Favreau pour l’enfant était le plus gros point de friction. « Cela nous a donné une pause, dit Kennedy. Dave et lui en ont discuté de façon très féroce. »

L’Enfant, bien sûr, est le voleur de scène aux pistaches qui ferait fondre le cœur glacé du chasseur de primes Mandalorien en devenant l’innocent qu’il doit protéger à tout prix. Le petit est resté caché jusqu’au début du premier épisode, puis est devenu instantanément un objet d’adoration globale. Son vrai nom est Grogu, mais dans notre monde il est toujours Baby Yoda. « Honnêtement, c’est quelque chose que je n’aurais jamais fait parce que Yoda est Yoda », dit Filoni. Le monde et l’histoire de Yoda n’ont jamais été entièrement révélés, et Filoni voulait protéger le mystère que Lucas a construit autour du maître Jedi originel. « Je pense que les gens regardent maintenant en arrière et pensent que c’était comme un slam dunk, mais nous avons été très prudents », dit Filoni au sujet de l’enfant. « La quantité de mesures, surtout au cours de la première saison, pour la façon dont nous avons créé cet enfant a demandé beaucoup d’efforts. »

Tous deux ont parlé avec Vanity Fair dans une interview visio commune, et comme Filoni a décrit ses réserves initiales devant sa caméra, Favreau a disparu de l’écran, bruissant à travers les papiers et fut de retour avec des croquis et des dessins de Mando et l’enfant. L’un d’eux, dessiné par Filoni lui-même, a montré la main du bébé tendant d’un berceau flottant vers son protecteur costaud. La plupart des autres concepts étaient rebutants, froissés, sauvages ou caricaturaux. Il est facile de comprendre l’hésitation de Filoni. « Il y a eu beaucoup de looks différents qui sont apparus, et puis nous en avons eu un qui a finalement cliqué. « C’est ce dessin », dit Favreau, en tapant sur une image concept en couleur de l’artiste Chris Alzmann, qui est maintenant ornée d’innombrables articles de marchandising. Dans celui-ci, l’enfant est assis dans une grenouillère brune avec de grands yeux de biche et une expression légèrement ridicule. « C’est lui. Celui-ci, dit Favreau. « Il avait un air bizarre et laid. Nous ne voulions pas qu’il soit trop mignon. » Une partie de son charme est que vous vous sentez un peu de pitié pour le gars, comme Charlot de Chaplin ou Charlie Brown.

Il n’y a jamais eu d’autre suggestion de créature. Ce n’est pas comme si on avait eu un Baby Ackbar comme un crustacé sur des boîtes à lunch, des poupées, des sacs à dos et des T-shirts. Et nous n’aurions peut-être jamais eu d’enfant du tout si Lucasfilm n’avait pas résolu un autre problème encore plus important avec The Mandalorian : comment créer un spectacle qui va vers de nouveaux mondes dans chaque épisode sans les exigences budgétaires épineuses de l’expédition d’un équipage aux confins de notre propre planète. « Nous faisions des séries qui devaient accompagner nos films avec un tiers du budget et la moitié du temps », explique Carrie Beck, directrice du développement et de la production chez Lucasfilm, qui a coproduit The Mandalorian. « Même si c’est devenu un énorme succès, j’ai l’impression que le sang, la sueur et les larmes de tout le monde sont sur cet écran. »

Ironiquement, la chose qui a dégagé leur chemin était un mur.

Le groupe de bâtiments volumineux beige à Manhattan Beach, une communauté de South Bay près de Los Angeles, semble aussi ennuyeux que n’importe quel quartier d’entrepôt. Ce sont les pantalons kaki de l’architecture. A l’intérieur, au moins deux de ces scènes sonores, cependant, sont des portails vers d’autres mondes.


Après le lancement du Mandalorien fin 2019, la division d’effets spéciaux de Lucasfilm, Industrial Light & Magic, a commencé à révéler les détails du mur LED courbé colossal qu’ils appellent Le Volume qui peut envelopper une équipe de film aussi efficacement que n’importe quel tournage, générer un environnement qui est photoréaliste de manière convaincante, même à un appareil photo numérique. Il n’est pas nécessaire d’envoyer un équipage, des accessoires et des acteurs n’importe où. On peut apporter n’importe où au studio. Avec trois volumes maintenant à L.A., un à Londres et un à Vancouver, les créateurs de films et de télévision commencent à peine à découvrir ses capacités. La lueur du crépuscule ou de l’aube peut durer toute la journée de travail si nécessaire. Vous pouvez geler le soleil. Ou, si vous filmez quelque chose sur Tatooine, vous pouvez en geler deux.

En 2018, quand The Mandalorian était prévu pour la première fois, la technologie était instable. Richard Bluff, superviseur des départements de l’environnement de l’ILM, avait passé une grande partie de sa carrière à construire des décors virtuels et savait que The Volume (que l’ILM appelle officiellement StageCraft) pourrait être exactement ce dont The Mandalorian avait besoin. Sans elle, le spectacle serait soit trop coûteux à produire ou trop kitch pour impressionner. Le tournant est survenu au printemps de cette année-là, lorsque l’un des directeurs les plus exigeants de tous les temps est passé. « James Cameron est venu nous rendre visite », dit Bluff. « Il était à côté en train de travailler sur les suites Avatar dans son réservoir d’eau. Jon nous avait demandé d’afficher sur les écrans le test que nous avions tourné plus tôt dans la journée. »

Cette séquence présentait un stand-in Mandalorien arpentant les ruines délabrées d’un bâtiment abandonné, jonché de débris et taché par les dégâts de l’eau, avec des murs qui pelaient comme des peaux mortes. La structure existe vraiment et se trouve sur Angel Island dans la baie de San Francisco. Mais l’emplacement du bâtiment avait été scanné et importé aux écrans LED, et le chasseur de primes et son armure semblable à un miroir semblaient avoir été transportés dans une pièce en décomposition. Si quelqu’un sur terre pouvait voir les coutures de l’effet, ce serait Cameron. « Je me souviens très bien que James a enlevé ses lunettes et s’est penché de près pour voir la qualité de l’image et à quel point elle était convaincante, dit Bluff. « Je pense que, pour tout le monde, cet après-midi-là a été le grand moment, parce que ça fonctionnait. »

Quatre ans plus tard, The Volume est un outil quotidien essentiel. Lors d’une visite à la mi-mars, il évoque une caverne grise rocheuse, avec des falaises encastrées avec de grands composants technologiques. Quel que soit cet endroit, il a été colonisé. Sur le plafond plat du studio, vous pouvez voir le toit escarpé de la grotte, avec une ouverture rugueuse qui laisse la lumière d’un ciel bleu.

Il y a moins de désordre que les autres ensembles et pratiquement pas de poussière. Il n’y a pas d’odeur de peinture fraîche, de mousse sculptée, ou de bois fraîchement coupé. Le Volume a le parfum stérile d’ozone d’un nouvel achat car des millions et des millions de minuscules diodes électroluminescentes intégrées dans la surface incurvée évoquent des paysages étrangers. Favreau montre la scène comme un homme ouvrant le capot d’une voiture classique récemment restaurée. Lorsqu’on lui demande si la technologie lui permet de faire une saison complète de télévision dans le même laps de temps qu’un film Star Wars ou Marvel, Favreau secoue la tête en disant : « Non, c’est comme la moitié du temps. »


L’un des premiers outsiders à voir The Volume fut Pedro Pascal, quand l’acteur fut recruté par Favreau pour prêter une présence rocailleuse à l’antihéros du Mandalorien. « Je savais que c’était un atout. Je le savais, dit Pascal. Et je n’ai été surpris par rien de tout cela. J’ai peut-être été un peu surpris de voir à quel point le Mandalorien peut être convaincant, parce qu’il n’a pas de visage. »Mais cela avait été un argument de vente pour lui aussi. Le personnage, plus tard révélé pour être nommé Din Djarin, est un tel mordu de la ligne dure aux règles mandaloriennes qu’il garde scrupuleusement son casque en présence d’autres. Cela signifie que Pascal peut parfois jouer le rôle d’acteur de voix alors qu’une doublure porte l’armure, ce qui le libère à accepter d’autres projets. « Peut-être que j’ai un peu la phobie de l’engagement, dit-il, parce que le sang-froid me passionne vraiment, et la durée de vie m’intimide vraiment. »

SPACE FORCE Dave Filoni, Deborah Chow, Jon Favreau et Kathleen Kennedy sur l’ensemble Volume qui permet de voyager vers des mondes lointains à l’intérieur d’une scène sonore. Filoni, Chow et Favreau ont d’abord collaboré sur The Mandalorian, mais maintenant Filoni développe la série Ahsoka, et Chow supervise Obi-Wan Kenobi.       PHOTOGRAPHIES EXCLUSIVES D’ANNIE LEIBOVITZ


Les acteurs de Star Wars ont tendance à devenir des acteurs de Star Wars pour la vie. À la fin des années 90, cela a amené McGregor à se tourmenter en jouant le jeune Obi-Wan Kenobi dans les films de préquel. « J’ai vraiment beaucoup remis cela en question », dit-il. « J’avais l’impression de faire partie de cette nouvelle vague du cinéma britannique, vraiment, et que Star Wars n’était pas moi, ce n’est pas ce que je défendais. J’étais une sorte d’acteur urbain, grincheux et indépendant. » Le regretté Sir Alec Guinness a vu d’un mauvais œil la saga spatiale lorsqu’il a joué le sage dans les films originaux. McGregor dit qu’il l’a fait aussi, surtout après son premier épisode, The Phantom Menace (La menace fantome), en 1999, qui a fait l’objet de critiques accablantes : « C’était difficile parce que c’était une décision énorme, un événement d’une telle envergure. C’était assez difficile pour nous tous de faire face à cela, sachant aussi que vous avez encore quelques choses à faire. »

McGregor a été soulagé de mettre la franchise derrière lui. Mais en 2017, il a été invité au Théâtre El Capitan à Hollywood pour une projection marathon de chaque film Star Wars. « Ils m’ont demandé si je voulais en présenter un, et je n’ai jamais rien fait de tel, mais tout à coup, je me suis dit que je le voulais vraiment », se souvient McGregor. Pourquoi ses sentiments ont-ils changé? « Je ne sais pas », dit-il en se grattant une joue. « Je pense vraiment que cela a à voir avec le fait de grandir. » Il aimait voir des gens dans des sacs de couchage, passer une nuit blanche avec ses films. Les enfants qui avaient grandi avec les prélats n’étaient pas aussi cyniques que les critiques. Quelques examinateurs avaient même commencé à les réévaluer. Les gens l’aimaient comme Obi-Wan, ce qui a fait réaliser à McGregor qu’il l’aimait aussi.

Après la projection, McGregor a commencé à se faire poser la question presqu’à chaque fois qu’il donnait une entrevue : Serait-il jamais envisageable de jouer Obi-Wan Kenobi à nouveau? McGregor a toujours répondu par l’affirmative, ce qui est une bonne politique, mais pas une obligation contractuelle. La seule fois où la question a été posé chez Lucasfilm, par chef de l’histoire Kiri Hart il y a environ quatre ans, là elle a vraiment compté pour  McGregor. « Elle a simplement dit : « Nous voulions simplement savoir si c’était vrai. Vous avez dit que vous le referiez. Nous voulons savoir si vous le pensiez vraiment », se souvient McGregor. « Et j’ai dit : « Oui, je le pense vraiment. Je serais heureux de le refaire. »

Lucasfilm avait l’intention de faire d’Obi-Wan Kenobi un film, qui sera réalisé par Stephen Daldry, nominé aux Oscars. McGregor serait un producteur cette fois, lui donnant plus de voix sur l’histoire. « Je viens de dire : « Je pense qu’il faudrait raconter l’histoire d’un homme brisé, d’un homme qui a perdu la foi », dit-il. « Il a toujours une phrase amusante à dire ou semble toujours être calme et est un bon guerrier ou un bon soldat ou peu importe, mais de voir cet homme se séparer, et de voir ce qui le rassemble à nouveau — c’est là que nous avons commencé. »

Lorsque le film d’Obi-Wan a évolué en une série télévisée d’Obi-Wan dans le cadre de la nouvelle aspiration de Lucasfilm pour le contenu de Disney+, Daldry est parti et Deborah Chow, une réalisatrice de The Mandalorian, est venue à bord avec le but de garder la série cinématographique dans sa portée. Il restait un élément manquant. Le mentor prequel de Anakin Skywalker était McGregor, Hayden Christensen, avait été le padawan d’Obi-Wan, frères d’armes jusqu’à leur bataille brutale sur une coulée de lave dans la revanche des Sith. Pourtant, dans les premières versions de l’histoire d’Obi-Wan–in–exile, Vader n’a pas été inclus.

À la fin de l’année dernière, Rosario Dawson a semblé confirmer accidentellement une rumeur dans un message sur Instagram : « J’ai regardé dans mon courriel, et Star Wars était du genre : « VOUS VOUDRIEZ PEUT-ÊTRE RETIRER CELA. » Je me dis : « On ne peut pas me faire confiance. »

C’est une énigme permanente chez Lucasfilm : Combien devraient-ils présenter les anciens personnages et combien devraient-ils les garder en réserve? Présenter Vader à une histoire sur l’exil d’Obi-Wan nuirait-il à leur rencontre fatidique sur l’Étoile de la Mort dans Star Wars de 1977, quand Vader abat son vieil ami ? Ou une rencontre jusqu’alors inconnue pourrait-elle réellement améliorer ce moment ? « Nous avons ces conversations hypothétiques 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 », déclare Michelle Rejwan, productrice exécutive d’Obi-Wan et l’un des principaux chefs du développement de l’entreprise. « C’est amusant, dans votre tête, de parcourir le magasin de jouets Star Wars. Oh, nous pourrions avoir ce personnage, ou mettre en vedette ce navire. Mais au bout du compte, nous devons vraiment savoir pourquoi. »

À l’automne 2019, Chow s’est assis dans le salon de Christensen, lui demandant de revenir comme le tyran le plus redoutable de la galaxie. Des bûches crépitaient dans la cheminée. Une tasse de thé aux herbes, au citron et au gingembre cuite à la vapeur dans la tasse de Chow. Vader, a-t-elle dit à Christensen, ajouterait une nouvelle dimension qui pourrait finalement recadrer la façon dont les fans regardent leur duel classique dans le film original.

Au moment de la réunion, il y avait 14 ans que la vengeance des Sith avait eu lieu, et l’acteur supposait que ses jours de gloire galactique étaient terminés. Il était heureux d’avoir tort. « C’est un personnage qui en est venu à définir ma vie de tant de façons », dit-il. « À l’origine, j’ai été embauché pour jouer une partie très précise de la vie de cette personne. La plupart de mon travail était avec Anakin. Et maintenant, je peux revenir et explorer le personnage de Dark Vador. »

Techniquement, vous n’avez pas besoin de Christensen pour Vader — tout ce dont vous avez besoin, c’est du masque, une silhouette imposante dans le costume, et, si vous êtes chanceux, la voix impérieuse de James Earl Jones. Mais tu as besoin de Christensen pour montrer au public l’homme intelligent mais compatissant qui était perdu quand Anakin Skywalker est devenu Vador. « Beaucoup de mes conversations avec Deborah portaient sur le désir de transmettre ce sentiment de force, mais aussi sur l’emprisonnement », dit Christensen. « Il y a ce pouvoir et cette vulnérabilité, et je pense que c’est un espace intéressant à explorer. »

Lorsque Chow est devenu le metteur en scène, elle a défendu une revanche entre Vader et Kenobi mais le Lucasfilm Brain Trust devait réfléchir s’il fallait prendre cette route. Pendant ce temps, les salles de concert avaient été réservées en Angleterre, puis annulées, car l’histoire avait fait l’objet d’un examen plus interne, suscitant la crainte des fans que le spectacle lui-même pourrait disparaître. En mars 2020, peu avant le début du confinement, la décision a été finalisée : Vader reviendrait.

Une partie de la perspective réussie de Chow sur « pourquoi » Vader et Kenobi devraient s’affronter à nouveau pourrait surprendre même les fans les plus ardents de Star Wars, en particulier ceux qui pensent que les deux abritent un mépris épique l’un pour l’autre. « Pour moi, à travers les avant-propos, à travers la trilogie originale, il y a une dynamique d’histoire d’amour avec ces deux-là qui traverse l’ensemble », dit Chow. « J’ai eu l’impression qu’il était assez difficile de ne pas inclure dans la série la personne qui a quitté Kenobi dans une telle angoisse. » Ce qui l’intriguait, c’était l’idée que, malgré ce que Vader était devenu, Kenobi pourrait encore se soucier profondément de lui. « Je ne sais pas comment vous ne pourriez pas, dit-elle. Je ne pense pas qu’il ne se souciera jamais de lui. Ce qui est spécial dans cette relation, c’est qu’ils s’aimaient. »

Tandis que Luna est le genre d’acteur qui se blottit sur la banquette arrière d’une voiture, cachant son appel de Star Wars à un conducteur probablement inconscient, Rosario Dawson est le type qui téléphone en visio avec son ami de huit ans alors qu’il était déguisé en extraterrestre maquillé en bleu avec le visage d’Ahsoka, et des queues blanches encadrant le maquillage d’ombre brûlée et les marques blanches du guerrier. « J’ai appelé mon amie Polina parce que son fils Cosmo est un grand fan de Star Wars, il connaît tous les vaisseaux, tous les robots », dit Dawson. « Il me voit et jette le téléphone dans la pièce. Il a paniqué. J’ai pris de la crème glacée avec ce gamin. On a passé du temps ensemble. Mais c’était trop parce que le personnage qu’il aime commençait à lui parler et à dire son nom.

Elle me rappelle le lendemain et me dit : « Cosmo est entré dans la pièce et m’a dit : Il est prêt maintenant. J’ai répondu : « Eh bien, c’est très gentil, mais je ne suis plus en costume. Son moment est raté. » Elle hausse les épaules. « Ce sera une leçon de vie pour lui à l’avenir. »

Dawson a le même enthousiasme pour Star Wars que Cosmo. Son casting sous le nom d’Ahsoka Tano, qui n’existait que dans le domaine de l’animation et qui avait été exprimé par Ashley Eckstein, est le résultat d’une suggestion de fans que Lucasfilm prenait au sérieux. Quelqu’un a tweeté à Dawson une œuvre d’art la dépeignant comme l’héroïne, et elle a répondu : « Ummm… Oui, s’il vous plaît? » Cela a fait son chemin à Filoni, qui avait travaillé avec Favreau pour inclure Ahsoka à la fois dans le Mandalorien et plus tard le livre de Boba Fett. Son but ultime était de donner à Ahsoka sa propre série télévisée.

EASY BEING GREEN Favreau berce la marionnette animatronique que le monde connaît maintenant sous le nom de Baby Yoda. « Nous ne voulions pas qu’il soit trop mignon », dit-il.    PHOTOGRAPHIES EXCLUSIVES D’ANNIE LEIBOVITZ

En octobre 2021, après que Dawson ait pris des photos de ses invités, elle a lu un rapport sur le commerce au sujet de la possibilité que Christensen se joigne à son émission indépendante. Anakin Skywalker avait été le mentor du personnage, et la mémoire de Vader la hanterait encore naturellement. Dawson a pris une capture d’écran du titre et a ouvert Instagram, en utilisant les surnoms des personnages les uns pour les autres de The Clone Wars comme légende. « Je viens d’écrire « Skyguy… Ils savent! À bientôt, Snips. » Ce n’est que plus tard qu’elle a réalisé que le rapport n’était qu’une rumeur non confirmée. Les fans ont pris son poste comme une dure confirmation, et les pouvoirs qui sont à Lucasfilm ont été bouleversés. « J’ai regardé dans mon courriel, et Star Wars m’a dit : « Vous voudrez peut-être l’enlever », se souvient Dawson. « Je me dis : « On ne peut pas me faire confiance. »

Ahsoka apparaîtra sur Disney+ en 2023, bien que Lucasfilm, désireux de se réapproprier le secret, ne sera toujours pas confirmé si Dawson avait par inadvertance divulgué la vérité sur Anakin ou si c’était vraiment un faux rapport. Comme pour chaque titre de Star Wars, les émotions et la nostalgie sont enveloppées dans cette série.

Filoni, qui supervise le spectacle, a aidé à créer le personnage-titre avec Lucas, et l’a vue devenir un personnage qui sensibiliser les jeunes filles qui ont été attirées par « Snips » comme la première femme en tête dans l’ordre des Jedi. La quête à laquelle Ahsoka a fait allusion dans ses apparitions sur Le Mandalorien et Boba Fett, chassant un grand amiral impérial du nom de Thrawn qui a disparu dans l’espace à la fin de la série animée Rebels, est susceptible d’être explorée plus loin, bien que les détails de l’intrigue soient encore très serrés. « Ahsoka est une histoire continue », dit Filoni. « À mon avis, il s’agit certainement d’un objectif plutôt que de petites aventures singulières. C’est ce que je veux que le personnage fasse, et je pense que c’est ce que veulent les fans maintenant. Ils ont une telle relation avec elle. Ce n’est que récemment que j’ai commencé à comprendre que tous les enfants qui regardaient Clone Wars sont maintenant beaucoup plus âgés — ils sont très excités par toutes les choses avec lesquelles ils ont grandi, comme ils devraient l’être. »

Pour garder les fans, Lucasfilm doit donner aux nouvelles générations leur propre collection de personnages à aimer et à détester, et pas tous les personnages classiques peuvent être ramenés sans fin de toute façon. Kennedy est bien au courant de tout ça maintenant. Dans The Mandalorian et The Book of Boba Fett, Mark Hamill, 70 ans, a présenté des performances en tant que quelque 30 Luke Skywalker, mais des acteurs plus jeunes ont joué le corps de Luke tandis que la technologie avancée du deepfake a remplacé le visage. Donner vie à Luke est maintenant un sport d’équipe. Mais cette technologie a ses limites. La refonte aussi.

Le film Solo 2018 explore les jeunes années de Han Solo, avec Alden Ehrenreich jouant le rôle du contrebandier créé par Harrison Ford. Le film a ses admirateurs, mais il a fait moins au box-office que tout autre film Star Wars. La fanfaronnade de Solo est peut-être trop singulière pour être reproduite par un autre acteur. « Il devrait y avoir des moments où vous apprendrez des choses », dit Kennedy. « Maintenant, il semble tellement clair que nous ne pouvons pas faire cela. »


Pour durer, Star Wars aura besoin de nouveaux acteurs, de nouveaux personnages et d’une nouvelle ère, s’éloignant de la chronologie telle que nous la connaissons. Une autre série à venir, The Acolyte, mettant en vedette Amandla Stenberg, vise à le faire. Le spectacle est en phase de casting, mais l’écriture est en grande partie complète, dit la scénariste Leslye Headland, cocréatrice du spectacle en boucle Netflix Russian Doll. Elle le planifie depuis deux ans, principalement depuis son domicile. Son chien et son chat, qui jettent un regard curieux sur les conversations en visio, sont certainement imprégnés du concept de l’ère de la Haute République de la galaxie, dit-elle, mais les fans occasionnels de Star Wars qui n’ont pas suivi les romans et les bandes dessinées récents pourraient encore ignorer.

L’Acolyte, dit Headland, a lieu environ 100 ans avant La Menace Fantôme : « Beaucoup de ces personnages ne sont pas encore nés. Nous examinons les questions politiques, personnelles et spirituelles qui ont été soulevées au cours d’une période que nous ne connaissons pas beaucoup. En regardant La Menace Fantôme, je me suis toujours demandé comment les choses en étaient arrivées là. Comment en sommes-nous arrivés à un point où un seigneur Sith peut infiltrer le Sénat sans que les Jedi ne s’en aperçoivent ? Qu’est-ce qui a mal tourné ? Quels sont les scénarios qui nous ont menés à ce moment? »


Headland décrit The Acolyte comme un thriller mystérieux qui se déroule dans une ère prospère et apparemment paisible, alors que la galaxie est encore élégante et scintillante. « Nous utilisons en fait le terme Renaissance, ou Age of Enlightenment », dit-elle. Les Jedis n’étaient pas toujours des figures moines ascétiques vivant de manière désintéressée et courageuse. « Les uniformes Jedi sont dorés et blancs, et c’est presque comme s’ils ne se saliraient jamais. Ils ne sortiraient jamais et n’iraient jamais se battre», dit Headland. « L’idée, c’est qu’ils pourraient avoir ce genre d’uniformes parce qu’ils ne font pas d’escarmouches. »

Une autre nouvelle série à l’horizon n’a même pas de titre, juste un nom de code : Grammar Rodeo, une référence à un épisode des Simpsons dans lequel Bart et ses camarades volent une voiture et s’enfuient pendant une semaine, utilisant un faux événement éducatif comme alibi. Le spectacle se déroule pendant la reconstruction des Jedi qui suit la chute de l’Empire, la même que Le Mandalorien, mais son intrigue reste un secret. Il est créé et produit par le réalisateur Jon Watts et l’écrivain Chris Ford, qui a fait Spider-Man : Homecoming pour Marvel. Un appel à casting est lancé pour quatre enfants, autour de 11 à 12 ans. À l’intérieur de Lucasfilm, le spectacle est décrit comme une version galactique des films d’aventure classiques d’Amblin des années 80.

Reste à savoir ce qui se passe avec les films Star Wars.

« Nous avons une feuille de route », dit M. Kennedy, même s’il est peu probable que le retour au cinéma de Lucasfilm suive la même cadence implacable qu’auparavant. Un film de Taika Waititi de Jojo Rabbit et de la scénariste Krysty Wilson-Cairns arriva probablement en premier, avec Rogue Squadron du réalisateur de Wonder Woman Patty Jenkins plus tard. Est-il vrai que le président de Marvel Studios, Kevin Feige, produira un film de Star Wars ? « J’aimerais bien voir quel film il pourrait nous présenter, dit M. Kennedy. Mais pour l’instant, non, il n’y a rien de précis. » Et la trilogie de Rian Johnson de The Last Jedi qui a été annoncée il y a cinq ans ? Mise en veilleuse. « Rian a été incroyablement occupé avec Knives Out et l’accord qu’il a conclu avec Netflix pour plusieurs films. »

L’accent mis sur la télévision influe déjà sur la liste des films à venir. « J’hésite encore à utiliser le mot trilogies parce que Star Wars est beaucoup plus une histoire persistante », dit M. Kennedy. Elle doit recruter des cinéastes.

Le 19 mars, Kennedy et Lucas ont reçu le prix Milestone de la Producers Guild of America, et quelque chose lui est arrivé en regardant le montage vidéo. Les clips de la paire au cours des décennies incluaient un Lucas torse nu dans une bataille de pistolet à eau avec Steven Spielberg, et Kennedy et Lucas plaisantant dans une production perturbant averse. « Ce qui m’a tellement plu, c’est à quel point nous nous amusions, dit-elle. « C’était un moment de prise de conscience. Je pense qu’un peu de plaisir est passé à faire ces gigantesques films. Le business, les enjeux, tout ce qui a été infusé au cours des 10 dernières années. Il y a une sorte de spontanéité et de bon temps que nous devons préserver avec soin. Je m’accroche toujours : il vaut mieux que ce soit amusant. »

Après plus de 50 ans, avec Lucasfilm naviguant sur un nouveau chemin. Cette vision se doit d'être notre point de repère à suivre.

Les costumiers :

 Suttirat Larlarb, Shawna Trpcic, Michael Wilkinson; le maquillage et les cheveux, Cool Benson, Ashleigh Childers, Alexei Dmitriew, Amber Hamilton, Crystal Jones, Morgan Marinoff, Davy Newkirk, Julio Parodi, Ana Gabriela Quiñonez, Maria Sandoval, Cristina Waltz; Maîtres de l’immobilier, Martin Doust, Brad Elliot, Josh Roth. Pour V.F. : set design, Mary Howard; productrice créative, Kathryn MacLeod. Photographié exclusivement pour V.F. par Annie Leibovitz à Manhattan Beach, Californie.