Javascript is disable - http://www.supportduweb.com/ - Générateur de ribbons(Bandeaux) web 2.0

  accueil site  accueil siteaccueil site  accueil site accueil  CD bestof Claude Barzotti "Top 40 This Ultimate Collection" (6 juillet 2018) Belgique accueil site  

Presse Belgique 13 mars 2020

 Ciné télé revue du 13 au 19 mars 2020

"Je vais à l’hôpital tous les trois jours"

Cinetelerevue mars 2020 mini 

 Cœur, œsophage, reins, pancréas… Le "Rital" accumule les problèmes de santé. Mais il continue de chanter et sera sur scène le 21 mars avec la tournée "Age tendre". Concert qui est reporté pour cause de Coronavirus)

 C’est dans sa maison de Court-Saint-Etienne, en Brabant wallon, que Claude Barzotti nous accueille. Une villa de 850m2, avec cinq chambres, cinq salles de bains, une piscine couverte et un jardin de 3000m2.

"Je suis entrain de refaire la déco", nous confie t-il,  alors qu’on observe les noms de ses trois petites- filles (Assia, Mia et Baya) inscrits au dessus d’une étagère.

A la télé, il suit sur la RAI le dernier développement du coronavirus en Italie. "C’est à trente kilomètres d’où habite mon frère". Mais, si le chanteur de 66 ans nous reçoit, c’est avant tout pour nous parler de ses derniers projets. Car s’il est moins présent dans les médias qu’à sa grande époque, la musique continue à couler dans ses veines.

C’est votre cinquième participation à la tournée "Age tendre".La première qu’on vous l’a proposée, vous aviez dit oui tout de suite ?

 Eh bien …non ! C’était il y a plus de dix ans. J’étais encore un gamin à l’époque. (Rires) Malgré leurs appels insistants, je ne voulais pas la faire. Puis, un jour la tournée passait à Lille, je suis allé voir à quoi ça ressemblait. Et j’ai été estomaqué. Le light show, l’orchestre, c’était génial. Il y avait à l’époque Demis Roussos et que de bons chanteurs. Quand on m’a reproposé d’y prendre part, j’ai dit oui !

Combien de chansons interprétez-vous ?

 Cinq. C’est moi qui en fais le plus. Il y a "Madame", Je ne t’écrirai plus, Je viendrai, Le Rital, Aime-moi"… Et le public connaît les paroles par cœur. Mieux que moi ! Ça fait plaisir. Mais c’est très dur. Il y a une semaine,  j’ai fait 1850km en trois jours. On est chacun avec sa voiture c’est très fatiguant. Il y a 28 dates cette année, avec parfois deux concerts dans la même journée.

On imagine que ce qui est particulier, c’est l’ambiance de groupe. Cette année, vous êtes avec Herbert Léonard, Jeane Manson, Les Forbans, Pascal Danel, Michèle Torr…

 Oui, il y a une très bonne ambiance. On se connaît tous depuis très longtemps. Jeane Manson, j’ai fait son nouvel album. Sur la tournée, je partage ma loge avec Herbert Léonard, que je connais depuis 1983. On est des amis. Il a eu de gros pépins de santé. Il y a trois ans, il est resté cinq semaines dans le coma. Il est plus vite fatigué qu’avant. Mais quand il reprend « Pour le plaisir », il ne doit rien faire. Il tend le micro et le public chante à sa place !

Vous-même, vous avez accumulé les pépins de santé ces dernières années : problème cardiaque, nodule au pancréas, fracture de l’omoplate…

 Oh là ! Et ce n’est pas tout. J’ai été opéré deux fois des reins, dont un qu’on m’a enlevé. J’ai été aussi opéré d’une hernie hiatale de l’estomac. Il y a sept mois, on m’a mis un pacemaker. J’ai aussi une prothèse du genou. Et j’en oublie ! Mais surtout, je suis terriblement fatigué. Je marche dix mètres et je suis épuisé. Ce n’est pas normal. Je vais tous les deux ou trois jours à l’hôpital. On me fait tous les examens possibles et imaginables, mais on ne me trouve pas ce que j’ai.

Et comment faites-vous alors pour être en forme pour tous ces concerts ?

 Il doit y avoir un bon Dieu pour les chanteurs comme il y en a un pour les ivrognes. Il y a peu je donnais un concert en Belgique. Je pensais que je n’arriverais jamais à chanter. Finalement j’ai fait un spectacle exceptionnel. J’étais porté par le public ! Que du bonheur.

Vous ne payez pas certains de vos excès passés, notamment l’alcool ?

 Non, ça n’a aucun rapport. Ma mère est morte d’une tumeur au pancréas et elle ne savait même pas à quoi ressemblait le goût du vin.

Vous-êtes finalement arrivé à arrêter de boire ?

 Je bois encore une bouteille de vin blanc, un petit pichet mais plus d’alcool fort. Ça n’a plus rien à voir avec l’époque ou je flûtais 7 bouteilles de whisky par jour. A cette époque avant d’aller dormir, je buvais cul sec une bouteille. Et le matin, je rebuvais tout de suite une bouteille. Ça c’est terminé depuis huit ans.

Vous avez désormais trois petites filles. Quel genre de grand-père êtes-vous ?

 C’est totalement différent que d’être papa. Je dirais même que c’est beaucoup plus fort. Les parents sont là pour éduquer. Les grands-parents pour faire plaisir. On dit oui à tout ! Je suis amoureux fou de mes petites filles. J’ai des photos d’elles partout dans la maison.

Par-contre vous n’avez pas retrouvé l’amour ?

 Je suis un célibataire endurci, je n’ai jamais été marié. Je vis seul avec mon chien et mes deux chats et je suis très bien. Ils dorment avec moi et ils prennent toute la place dans le lit (Rires). Je suis vraiment un solitaire. Quand des amis viennent à la maison, j’ai toujours peur qu’ils restent. J’ai juste un homme à  tout faire pour les tâches ménagères, le jardin, etc...

Quand vous êtes à la maison que faites-vous ?

 Je reste allongé dans mon canapé à regarder tous les JT et les émissions comme "Question pour un champion".

Et vous composez ?

 Parfois j’ai la plume facile. En quarante trois minutes j’ai écrit les musiques de 9 chansons. Je viens de sortir un nouvel album "Un homme". Souvent les hommes sont des misogynes. Quant ils draguent une femme, ils ne parlent que d’eux. Moi je chante :

"Je suis un homme, pas un guerrier, un gentil homme qui sait parler aux femmes sans jamais trop parler de lui". J’ai produit moi même mon album, le disque démarre très bien.

Que peut-on vous souhaiter ?

 Je marche très fort au Liban et au Canada où je me produis tous les ans. Mais après ça je vais vraiment me reposer car je ne vais pas bien. Il faut que l'on trouve ce que j'ai.

Barzotti 6 juil 2013

Il a fait fortune dans l’immobilier.

 Même s’il ne veut pas qu’on l’appelle le Stéphane Plaza belge. Claude Barzotti a réussi dans l’immobilier autant que dans la chanson. Quand on arrive dans son quartier à Court Saint Etienne, on est un peu dans la rue Barzotti tant presque que toutes les maisons ont été construites par lui. « Les autres chanteurs de ma génération ont dépensé tout l’argent qu’ils ont gagné. Ils n’ont pas un rond ! Moi, en 1986 alors que j’étais au sommet de ma carrière, je suis passé devant un commerce qui était en vente forcée. Je l’ai acheté à un bon prix. Avec un copain de mon enfance on a tout cassé pour en faire des appartements et des surfaces commerciales. C’était mon premier investissement et quinze jours après j’ai fait une affaire à Bousval et c’est parti. Sur Cout-Saint-Etienne j’ai acheté 250 maisons que j’ai ensuite rénovées et mis en location. J’en ai gardé quelques unes que j’ai offertes à mes deux filles. Depuis 38 ans dans ma famille on ne dépense pas un sou pour les voitures. J’ai offert des voitures et c’est moi qui paye l’essence. Et ça me fait plaisir.

Fréderic Seront

 

Ajouter un commentaire